3 000 vidéos pornographiques et érotiques en accès gratuit sur le site de l'Ina

Le 01/04/2015 (Mis à jour le 02/04/2015) - Par Clémence Jost
(Flickr creative commons/fee-ach)

Sélectionnés avec soin, ces 3 000 films témoignent de l'évolution des moeurs de la société et des attentes des Français en matière de pornographie depuis les années 70.

Certes, l'information a de quoi surprendre. Elle nous prouve pourtant à quel point l'Institut National de l'Audiovisuel (Ina) est une réserve incontournable en matière de culture populaire. 3 000 films pornographiques datant de 1972 à 2005 viennent d'être mis en ligne sur son site internet, et sont donc consultables gratuitement par les internautes. Selon le service de presse de l'Ina, que nous avons contacté, "la valorisation et la transmission de notre patrimoine audiovisuel passe aussi par là". 

Pas de films amateurs

"Il ne s'agit pas de films amateurs, précise Paul Jacquin, en charge de la collection "Porno" sur l'Ina.fr ; les films et extraits mis en ligne sont des oeuvres issues de l'industrie culturelle française et diffusées à la télévision". Un long travail de visionnage aurait été nécessaire pour sélectionner les 3 000 films désormais disponibles en streaming. "Ce fut un travail laborieux", confie Paul Jacquin lorsqu'on l'interroge sur la thématique inhabituelle de ces vidéos et l'importance des sources disponibles. "J'ai dû faire beaucoup d'heures supplémentaires, ajoute-t-il ; mais j'ai finalement obtenu l'autorisation d'embaucher une stagiaire pour m'aider".

Le serveur tiendra-t-il ?

La qualité de l'image, l'originalité des dialogues et de la musique ou encore le mobilier et les décors ont été finement étudiés pour aboutir à une sélection témoignant de l'évolution conjointe de l'industrie du porno et des moeurs de la société. Parmi les 3 000 films choisis, nous pouvons citer Ça glisse au pays des merveilles (1978), L'Arrière train sifflera trois fois (1982), Gorilles dans la Brune (1988) ou encore E.T., l'Extra-Testicule (1992). De véritables chefs-d'oeuvre du cinéma pornographique, désormais disponibles gratuitement depuis chez soi. Espérons toutefois que le serveur de l'Ina.fr supportera les milliers de connexions que risque d'engendrer une telle nouvelle...

À lire sur Archimag