Publicité

Michel Kollar, mémoire vive du PSG

  • michel_kollar.JPG

    michel-kollar-psg
    Michel Kollar et Ronaldinho, qui joua au PSG de 2001 à 2003. (DR)
  • On le surnomme "l'archiviste du PSG". Portrait de Michel Kollar, qui est passé en quelques années du statut de simple supporter et passionné de football à celui de gardien officiel de la mémoire de son club.

    Michel Kollar n'a pas de mémoire. En tout cas pas celle des noms ou des numéros de téléphone. Mais cet homme de 48 ans est capable de vous dire sans antisèche que le PSG a joué son tout premier match le 23 août 1970 à Poitiers et que Bernard Guignedoux a marqué à la 69e minute. Pourtant, celui que l'on surnomme « l'archiviste du PSG » n'est même pas sûr d'aimer vraiment le football, car il ne suit aucun autre match que ceux de son club. Il faut dire que sa fibre de supporter et de collectionneur est née à une époque où le manque de retransmissions faisait la valeur des rencontres. Il refuse la saturation. 

    Rares sont les chanceux à pouvoir vivre de leur passion. Commercial, Michel Kollar aurait dû en toute logique reprendre la petite entreprise familiale de représentation. Mais c'était sans compter les premiers matchs du PSG auxquels il assiste, encore adolescent, au Parc des Princes. Très vite, le jeune supporter réalise que quelque chose ne colle pas : « Nous étions vus comme des fascistes, se souvient-il ; certes, j'ai parfois assisté à des trucs qui n'avaient rien à faire dans un stade, mais il s'y déroulait surtout de belles choses et je me suis dit que la mauvaise réputation du club était injuste ». Rétablir la vérité, c'est ce qui l'a poussé à s'intéresser à l'histoire du PSG.

    "J'ai passé tous mes week-ends à Beaubourg"

    Au début des années 90, Michel Kollar collectionne déjà les programmes de match. Souhaitant augmenter son fonds, il écrit au club. « Je ne pensais vraiment pas qu'on me répondrait, reconnaît-il, mais j'ai reçu une lettre de Christian Gavelle et nous nous sommes rencontrés ». Le photographe du PSG, alors en charge des programmes, lui propose d'y écrire une série de papiers sur les origines du club. Michel Kollar devient vite un pigiste régulier.

    Enthousiaste, il veut en faire plus. Passionné d'histoire, il se lance dans la construction d'une base de données archivée de toutes les statistiques de matchs. « Rien n'existait, explique-t-il ; pourtant, je voulais laisser une trace de tout ça. Alors pendant un an et demi, j'ai passé tous mes week-ends à Beaubourg pour éplucher les microfilms de 1969 à 1995 ». Le supporter se débrouille alors comme il peut, sur fichier Word. « Je dressais des éphémérides au jour le jour, saison par saison, se rappelle-t-il ; je ne devais rien oublier. J'ai finalement vendu cette base au club quelques années plus tard ». 

    En 2002, le PSG lui fait une proposition qu'il ne peut refuser : un emploi à temps plein. Le supporter quitte définitivement son job de commercial et s'attelle à l'indexation et à la retouche des photos du club, tout en écrivant des articles pour le site web. Vendue par Canal+, l'équipe est externalisée chez Panini un an plus tard. C'est à cette époque que Michel Kollar publie ses premiers livres sur l'histoire du club, dont le fameux Dictionnaire du PSG. « J'ai dû me faire violence, car j'estimais que je n'avais pas le niveau, avoue-t-il ; avoir conscience de ses lacunes, c'est important pour avancer en restant humble ». 

    Le PSG le rappelle

    Pendant un temps, le supporter prend le large tout en poursuivant la rédaction de ses livres : iconographe chez France Football, membre du desk photo de l'Équipe, coprésentateur d'une émission à France Bleue. Michel Kollar apprend sur le tas et se donne à fond. Il monte aussi son propre site, Paris.canal-historique, depuis lequel il raconte les « petites histoires » de son club et met en valeur le destin des anciens, qu'il rencontre régulièrement. 

    Le PSG le rappelle en 2015, enfin conscient de l'importance de valoriser son patrimoine. En plus de l'indexation photo, Michel Kollar interviewe d'anciens joueurs pour des DVD ou organise encore des événements, comme le millième match du club au Parc des Princes. « Nous préparons également un nouveau site, explique-t-il, où il sera possible de consulter les fiches d'anciens joueurs ou de rencontres passées, et même de regarder des vidéos d'archives. C'est un immense chantier avec un gros travail de recherche ». Sans compter la préparation d'une encyclopédie du PSG, prévue pour les 50 ans du club et surtout celle d'un musée, dans le Parc des Princes, dédié à son patrimoine. « Rien n'est écrit et la vie m'emmènera où elle veut, conclut-il ; mais j'essaye de m'y accrocher avec passion ». 


    Il like

    • Son joueur préféré : Jean-Pierre Dogliani. « C'est cet ancien capitaine qui a marqué les buts quand le club est monté en première division en 1974. Et c'était une belle personne ».
    • Son match préféré : La victoire du PSG lors de la Coupe d'Europe de 1996. « Un grand match, que j'ai eu la chance de vivre depuis les tribunes ».
    • Son chant de supporter préféré : « Ville Lumière », qui reprend l'air du « Flowers of Scotland », l'hymne du XV écossais.

    Le suivre sur Twitter : @MichelKollar

     

    À lire sur Archimag

    Commentaires (1)

    • Portrait de Erwan Picaud

      Merci Clémence pour cet article ;-) #PSG#Champion @MichelKollar

      avr 05, 2017

    Le chiffre du jour

    C'est le nombre de documents relatifs aux attentats du 13 novembre 2015 et mis en ligne sur le site des Archives municipales de Paris.

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.