330 To : nouveau record mondial pour le stockage sur support magnétique

Le 10/08/2017 - Par Bruno Texier
Un laboratoire de recherche et développement d'IBM (IBM Research)

IBM et Sony ont conçu une bande magnétique capable de stocker jusqu'à 330 TerraOctets. Un record qui aura du mal cependant à faire de la concurrence au stockage dans le cloud.

Sa longueur est de 1 098 mètres et son épaisseur est estimée à 0,0047 millimètres. Ses capacités de stockage affichent 300 To. Soit l'équivalent de 330 millions de livres. Les ingénieurs d'IBM et de Sony sont parvenus à créer une bande magnétique qui franchit un cap dans le stockage sur support magnétique.

Ce saut quantitatif a été rendu possible grâce à une technique de dépôt par pulvérisation cathodique. Résultat : il est désormais possible de stocker 201 Go de données sur 1 pouce carré (soit 2,54 centimètres carrés). En 2006, seulement 6,7 Go pouvaient être stockés sur la même surface. A la même époque, les capacités de stockage d'une bande magnétique de 890 mètres n'excédaient pas 8 To...

Retour à l'analogique

Alors que l'on pensait les supports magnétiques définitivement relégués au rang d'antiquité du XX​ème siècle, les industriels travaillent à l'amélioration des performances du stockage physique. 

L'industrie du cinéma y songe pour l'archivage des films. A Hollywood, un rapport publié par le "Science and Technology council of the Academy of motion, pictures arts and sciences" préconise de déposer les bobines de films dans des souterrains à température et humidité contrôlées. La copie en mode analogique est également recommandée pour des films tournés nativement en numérique !

Réduire le coût de production

Reste à convaincre les entreprises qui, depuis plusieurs années, se convertissent au stockage dans les nuages. Indolore et souple d'emploi, le cloud ne nécessite aucune installation particulière chez le client hormis une connection web pour accéder aux données hébergées dans un data center tiers. Le stockage de données sur une bande magnétique, en revanche, suppose en effet l'existence de machines capables de les lire.

Mais IBM espère pouvoir réduire le coût de production de ces bandes magnétiques à l'image des clés USB dont le coût de production a très fortement diminué en l'espace de quelques années.

À lire sur Archimag