Article réservé aux abonnés Archimag.com

L'Ina au chevet du patrimoine culturel algérien

  • ina_algerie.jpg

    Formation à la réparation de la pellicule (©Ina)
  • L'Institut national de l'audiovisuel accompagne les professionnels algériens du patrimoine dans la restauration et valorisation des archives filmiques produites sur l'autre rive de la Méditerranée. 

    L’Algérie possède un héritage culturel, historique et artistique d’une très grande richesse et travaille aujourd’hui à sa prise en compte dans le développement économique et humain du pays.

    Le ministère de la Culture algérien et l’Union européenne en ont fait un axe majeur de leur coopération bilatérale en lançant en 2012 et pour 6 années un ambitieux programme d’appui à la préservation du patrimoine culturel . Il vise à améliorer sa connaissance, sa protection et sa mise en valeur en renforçant...

    ...les capacités des institutions et des professionnels algériens en termes d’outils et de méthodologie, et en accompagnant une dynamique de réformes par le biais de conférences, de séminaires, de missions d’assistance technique et de formations.

    88 jours de formation, 26 sessions

    L’Ina (Institut national de l'audiovisuel) a mis son savoir-faire au service de ce projet inédit en réalisant l’ingénierie pédagogique d’un parcours de formation théorique et pratique à destination des agents du ministère de la Culture algérien. Les formations se sont déroulées d’avril 2016 à février 2017 à Alger : 88 jours de formation répartis en 26 sessions comptant chacune 15 stagiaires en moyenne, principalement accueillis à la Bibliothèque nationale d’Algérie.

    Pour ce programme, l’Ina a intégré un consortium de partenaires européens, piloté par IBF Consulting, qui couvre l’ensemble des sujets attendus :  Hydea, société italienne spécialisée en ingénierie patrimoniale, l’école d’Avignon, l’école de Chaillot, l’Icom (International Council of Museum).

    Ce consortium travaille avec l’unité d’appui au programme, composée d’experts algériens et européens, en charge du suivi technique et administratif. La direction du programme assure quant à elle l’orientation stratégique en lien avec la délégation de l’Union européenne.

    Restauration d'archives filmiques

    Les formations du volet audiovisuel ont abordé plusieurs thématiques : la conservation, la préservation et la restauration d’archives filmiques, la conservation préventive et l’initiation à la restauration de fonds patrimoniaux de photographies et d’affiches, l’indexation, le catalogage, le cadre juridique d’utilisation des supports audiovisuels et cinématographiques, et l’histoire du cinéma algérien. 

    Parmi les stagiaires, tous les métiers sont représentés : techniciens, archivistes, magasiniers, documentalistes, bibliothécaires, restaurateurs… Ils travaillent dans les nombreuses institutions bénéficiaires du programme : le Centre algérien de la cinématographie (Cinémathèque algérienne), le Centre national de la cinématographie et de l’audiovisuel (CNCA), mais aussi la Bibliothèque nationale d’Algérie, les Archives nationales, l’Office de gestion et d’exploitation des biens culturels (OGEBC) et les Musées nationaux, ainsi que certaines associations ou institutions privées qui possèdent notamment d’importantes collections photographiques.

    Ces institutions se trouvent face à plusieurs défis : alors qu’elles détiennent des fonds audiovisuels et iconographiques d’une grande valeur, leurs collections n’ont pas jusqu’ici été au centre des préoccupations et sont parfois en danger.

    Formés sur le terrain et passionnés par leurs collections, nombre de personnels arrivent à l’âge de la retraite, et les jeunes sont peu attirés par ces métiers peu valorisés et mal connus. Aucune formation initiale n’existe sur cette spécialité, et les formations continues sont rares. 

    Kits pédagogiques

    Lors de la conception du parcours proposé au ministère algérien, plusieurs objectifs ont été définis. Il s’agissait bien sûr de permettre aux professionnels concernés d’acquérir ou de consolider les compétences nécessaires à la conservation préventive et à la gestion des collections physiques. Mais il était également important de préparer l’avenir. 

    Si des mesures d’urgence sont à prendre pour inventorier, restaurer, reconditionner, documenter, communiquer ces archives, il fallait envisager leur numérisation éventuelle (certaines institutions l’ont déjà commencée), la gestion des archives numériques, leur valorisation en ligne, voire sur les réseaux sociaux. Nous souhaitions aussi favoriser la création d’un réseau de professionnels partageant une culture commune, qui puisse par la suite partager savoir-faire et bonnes pratiques.

    Enfin, le programme nous demandait de pérenniser les actions menées permettant à certains des stagiaires de transmettre à leur tour leurs compétences. Nous avons donc organisé une formation de formateurs et constitué des kits pédagogiques qui serviront aux futures formations.

    Sur ce projet, des collaborateurs de l’Ina sont bien sûr intervenus. Mais des experts d’institutions prestigieuses nous ont aussi apporté leur concours - Centre national de la cinématographie (CNC), Cinémathèque de Toulouse, Cinémathèque française, Archives nationales -, ainsi que d’autres professionnels, comme Pierre Hauri de la société Tribvn, qui témoigne : « Les stagiaires étaient bien sûr avides des connaissances  techniques les plus à jour en matière de numérisation. La présentation combinée d'études de cas et de programmes menés par les institutions formatrices et les industriels - comme Tribvn - ont certainement accru l'intérêt de ces stages ».

    Conception de bases de données

    Au fil des sessions, les stagiaires ont renforcé les bonnes pratiques pour la gestion de leurs fonds, avec des méthodes pédagogiques les plus actives possibles. Ils ont réalisé l’entoilage d’affiches, effectué des petites restaurations de photographies, fabriqué des conditionnements. Ils se sont perfectionnés dans la manipulation et la réparation de la pellicule. Ils ont assimilé les principes de la numérisation et de la gestion de fichiers numériques, appréhendé les spécificités du traitement documentaire de l’audiovisuel. Ils ont conçu des petites bases de données, imaginé des projets de valorisation.

    « L’âge d’or du cinéma algérien reste méconnu de ceux qui pourraient incarner la relève, tant sur le plan de la conservation patrimoniale des collections cinématographiques que dans la production contemporaine. Il apparaît fondamental de sensibiliser les nouvelles générations de professionnels et de leur raconter l’histoire du cinéma national en rappelant les fondements de la cinématographie algérienne, ses spécificités, ses heures de gloire et l’importance de cet héritage », rappelle Ahmed Bedjaoui, célèbre expert du cinéma algérien, qui est intervenu dans le parcours proposé par l’Ina en dispensant 8 sessions.

    A l'issue de ce bilan de soixante ans de cinéma national, Ahmed Bedjaoui a souligné les perspectives encourageantes d'un jeune cinéma algérien en pleine éclosion.

    Le bilan de ces formations est très positif. Les stagiaires ont apprécié cette occasion d’échanger avec d’autres professionnels, algériens et français, et d’acquérir des compétences essentielles. 
    Les formateurs ont rencontré des professionnels chaleureux et passionnés, conscients de leur responsabilité dans la préservation du patrimoine audiovisuel de leur pays, et impatients de poursuivre l’ouvrage entrepris.

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !

    À malin, malin et demi ? Aujourd’hui, la fraude documentaire peut se cacher partout : papiers d’identité, factures, diplômes, etc. Autant de documents où l’on a du mal à distinguer le vrai du faux. Jusqu’à ce que justement, les spécialistes du document s’en mêlent et mettent leurs technologies à disposition pour permettre des vérifications et lutter contre la fraude.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous

    À lire sur Archimag

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.

    Le chiffre du jour

    C'est le nombre d'avis émis par la Commission d'accès aux documents administratifs depuis 1978.

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    Ex Libris banner.jpg

    Indispensable

    Bannière BDD.gif