Article réservé aux abonnés Archimag.com

Francis Eustache : "La mémoire, c’est moi et les autres…"

  • Portrait F Eustache 2 Inserm.jpg

    « Quand la mémoire de certains individus n’est pas en phase avec la mémoire collective, cela crée de la souffrance, des conflits, des frictions. » Francis Eustache (Inserm)
  • Francis Eustache est directeur d’études à l’École pratique des hautes études (EPHE) et dirige l'unité « neuropsychologie et imagerie de la mémoire humaine » de l'Inserm. Il est également président du conseil scientifique de l'Observatoire B2V des mémoires. Il est co-auteur de l'ouvrage « Ma mémoire et les autres » (Éditions Le Pommier, 2017).

    De quoi parle-t-on lorsque l’on parle de mémoire collective ?

    L’expression « mémoire collective » déclenche très souvent des discussions passionnées ! Il s’agit d’un terme générique qui englobe à la fois des mémoires partagées par des individus et des mémoires culturelles.

    Il n’y pas de frontière exacte entre l’une et l’autre. La mémoire partagée concerne un petit groupe d’individus (les collègues du bureau par exemple), mais elle peut également concerner des groupes plus importants comme les partis politiques ou les syndicats par exemple.

    Il existe cependant une grande différence avec la mémoire culturelle, car cette dernière transcende les individus. Dans les processus de construction des mémoires, ces dernières vont vivre leur propre vie et dépasser les mémoires strictement individuelles.

    Prenons l’exemple de la mémoire de la France : ce récit va s’écrire via les commémorations, les médias, les réseaux sociaux, les livres scolaires, les romans… Tous ces vecteurs contribuent à...

    ...construire une mémoire culturelle. Dans le meilleur des mondes, la mémoire partagée et la mémoire culturelle doivent rester en phase, mais ça n’est pas toujours le cas. La mémoire individuelle est fortement conditionnée par l’environnement social : comment ce conditionnement se déroule-t-il ? Dans ce ....

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !

    Du big data aux données personnelles, la problématique data envahit les organisations. Pour la prendre en main, de nouveaux profils émergent, avec des dénominations telles que data scientist, chief data officer ou data protection officer. Des témoins révèlent leur parcours et apportent des conseils. Un sujet urgent s’impose à tous, celui de la protection des données personnelles (règlement européen RGPD). Les éditeurs de solutions de gestion de l’information s’emparent de la nécessité de conformité. Le président de l’Association française des correspondants à la protection des données à caractère personnel livre son point de vue. Les formations aux métiers de la data sont déjà en nombre.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous

    À lire sur Archimag

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.

    Le chiffre du jour

    C'est le nombre d'avis émis par la Commission d'accès aux documents administratifs depuis 1978.

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    Ex Libris banner.jpg

    Indispensable

    Bannière BDD.gif