Publicité

#GorafiESR et #GorafiBib : quand universitaires et bibliothécaires se lâchent sur Twitter

  • gif bib.jpg

    Symptomatiques d'un malaise assumé, les hashtags #GorafiESR et #GorafiBib ont permis d'extérioriser les manques de moyens et les dysfonctionnements administratifs de leurs professions. (Gify)
  • Ivres, les journalistes d'Archimag piochent dans #GorafiBib pour trouver des idées de sujets pour le magazine...

    Le lancement de Madame Gorafi, le 1er février dernier, une version féminine du célèbre site d'information parodique Le Gorafi, a donné l'idée à certains twittos créatifs de tourner en dérision leur quotidien professionnel : celui de l'université et des bibliothèques.

    C'est un maître de conférence influent sur Twitter, @Maitre_de_conf, qui lance les hostilités le jour même, suggérant la création d'un Gorafi destiné à moquer l'enseignement supérieur. Il crée donc le hashtag #GorafiESR (pour "enseignement supérieur et recherche"), dont la communauté universitaire s'empare immédiatement.

     

    Les universitaires pépient...

    Le mot-dièse sera relayé plus de 500 fois ce jour-là, à coup de faux titres d'actualité raillant les travers des financements ou de l'administration universitaire et se place en quelques heures en tête des tendances du site de micro-blogging.

     

    Il sera même repris par Thierry Mandon, le secrétaire d'Etat à l'Enseignement supérieur et à la Recherche, sur son propre compte, alors qu'il annonçait avec la ministre de l'Education Najat Vallaud-Belkacem le lancement de leur plan "bibliothèques ouvertes" prévoyant un élargissement des horaires d'ouverture des bibliothèques universitaires :

     

    ...et les bibliothécaires gazouillent

    Le monde des bibliothèques aurait-il lui aussi des choses sur le coeur ? Parallèlement au lancement de #GorafiESR, apparaissait également un autre hashtag savoureux : #GorafiBib. Certes relayé avec un peu moins de passion, le mot-dièse a tout de même eu son petit succès, illustré de quelques perles humoristiques :

     

    Alors, chers Twittos : la récréation serait-elle déjà finie ?

    via GIPHY

    À lire sur Archimag

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.

    Le chiffre du jour

    C'est la somme à débourser (340 euros après déduction fiscale) pour parrainer l'une des 200 bibliothèques de la salle Ovale du site BnF-Richelieu.

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    Ex Libris banner_0.jpg

    banniere GP52 web.png

    Nouveaux membres