Publicité

Vu de Belgique : L'Université de Louvain se convertit au learning center

  • 1BST.JPG

    Bibliothèques des sciences et techniques : une fréquentation en hausse de près de 40%. (DR)
  • L’université de Louvain-la-Neuve (Belgique) a décidé de créer un learning center pour répondre aux besoins documentaires de la nouvelle "génération C".

    [De notre correspondant en Belgique] Déjà confrontées à l’apparition des générations X, puis Y, les bibliothèques universitaires découvrent la nouvelle « génération C », regroupant de jeunes chercheurs, enseignants et étudiants « digital natives » qui souhaitent des services adaptés à leurs intérêts et pratiques.

    De nombreuses BU démontrent une véritable capacité d’innovation et s’adaptent de façon dynamique à ce nouvel environnement. Une des pistes suivies est le développement de learning centers. C’est le choix de la bibliothèque des sciences et techniques (BST) de l’université catholique de Louvain, située sur le campus universitaire de Louvain-la-Neuve (sud de Bruxelles). La BST offre ses services à quatre facultés : faculté des sciences, école polytechnique de Louvain, faculté d’architecture, d’ingénierie architecturale, d’urbanisme et faculté des bio-ingénieurs. En 2014, elle enregistrait une fréquentation de plus de 80 000 utilisateurs et disposait d’un staff de 9 temps pleins (dont 2 universitaires).

    En 2011 et 2012, la BST mène une étude approfondie des usages de ses utilisateurs. Elle révèle que seulement 17 % de ceux-ci y consultent des publications, alors que près de la moitié s’y rendent pour étudier, un tiers pour disposer d’un lieu de repos ou de ressources informatiques et 10 % pour travailler en groupe. 

    Une opportunité

    En 2013, l’université souhaite récupérer les locaux occupés par la BST afin d’y abriter son nouveau musée universitaire, et lui propose un déménagement vers un bâtiment devenu libre. La direction de la bibliothèque y voit une véritable opportunité de maintenir les services existants tout en y ajoutant les ingrédients nécessaires pour répondre aux demandes nouvelles. De plus, elle souhaite s’adapter à l’évolution de la méthodologie pédagogique de ses facultés qui valorisent de plus en plus l’enseignement par projet (ou résolution de problèmes), ce qui requiert de nombreux espaces de travail pour de petits groupes.

    Un nouveau lieu de vie et d’apprentissage

    Avec un budget de 6,8 millions d’euros, dont 400 000 euros pour le mobilier, et après 2 ans de travaux, la BST inaugure en septembre 2014 ses nouveaux locaux. Le bâtiment proposé, de forme rectangulaire et d’aspect austère, se compose de 6 plateaux, soit 7 500 m². Les fonctions traditionnelles de la bibliothèque sont évidemment maintenues avec 125 000 ouvrages stockés, dont 35 000 en accès libre, et 19 000 titres de revues électroniques. L’occasion aussi d’un désherbage et d’une réforme du système de classement, basé dorénavant sur la classification de la Library of Congress. Mais la BST décide d’y ajouter un learning center, centre de ressources pour l’apprentissage et lieu de vie attrayant.

    Sont offerts des espaces de convivialité, aisément modulables en fonction des besoins individuels ou collectifs des utilisateurs, avec 34 postes informatiques, 4 salles multimédias et une salle de visioconférence. L’offre est complétée par 3 auditoires, 3 salles d’études et 1 espace de convivialité avec 113 fauteuils et poufs, portant la capacité totale des lieux à près de 700 sièges. Des zones de travail non fermées sont également disponibles. Une petite cafétéria accentue le caractère convivial du lieu. L’installation d’un laboratoire de langues est aussi prévue.

    Un premier bilan encourageant

    S’il n’est évidemment pas possible de tirer des conclusions définitives après une première année de fonctionnement, les premières observations sont fort positives. Selon Frédéric Brokom, directeur de la BST, la fréquentation est en hausse notable de près de 40 %. L’utilisation des salles de réunion est importante, ainsi que celle des divers lieux collectifs, tels que la cafétéria ou les locaux informatiques.

    La modularité des salles et leur facilité de réservation en ligne sont fortement appréciées, tant par les enseignants que par les étudiants. Frédéric Brokom souligne également l’importance essentielle du personnel dans cette démarche. Son implication, de l’accueil à l’encadrement des utilisateurs, conditionne le succès de cette nouvelle offre. Sa formation à ce nouveau rôle devient un enjeu à prendre en considération.

    Lieu de vie et espace d’apprentissage, cette belle réalisation (re)place la BU au cœur de son environnement universitaire.

    Philippe Laurent 
    [Coordinateur d’EchosDoc (portail de veille informationnelle en infodoc) et membre du conseil d’administration de l’Association belge de documentation]

    À lire sur Archimag

    Le chiffre du jour

    C'est le nombre de documents relatifs aux attentats du 13 novembre 2015 et mis en ligne sur le site des Archives municipales de Paris.

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    banniere GP52 web.png

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.