Publicité

Vu de Genève : Formations continues, le métier de bibliothécaire en pleine mutation

  • MorgueFile2.jpg

    La médiation et la valorisation du numérique font leur chemin dans les bibliothèques suisses. (MorgueFile2)
  • Les nouveaux comportements des usagers et l’anticipation de leurs besoins en termes de recherche documentaire, d’accès à l’information et de communication sont devenus le cœur du métier du bibliothécaire. En Suisse, l’évolution se fait timide. Or, désormais, être bibliothécaire signifie être apte à utiliser les technologies d’information et de communication afin d’apporter une plus-value aux bibliothèques. Les offres de formation continue pour ces professionnels s’adaptent à cette évolution.

    [De notre correspondante à Genève] Depuis quelques années, les formations continues destinées aux bibliothécaires se sont étoffées et proposent de nombreux cours dont les thèmes sont principalement le numérique et les nouvelles technologies. L’arrivée du concept de bibliothèque troisième lieu y est très certainement pour quelque chose. En effet, les ebooks, les serious game et plus généralement la médiation et la valorisation du numérique font leur chemin dans les bibliothèques suisses. En 2016, la tendance se retrouve autant dans les bibliothèques publiques que dans les bibliothèques scientifiques. 

    Dans les bibliothèques publiques et scolaires

    Les bibliothèques publiques tentent peu à peu d’introduire de nouveaux usages et de nouveaux espaces pour valoriser leurs services et attirer de nouveaux lecteurs. Par exemple, en 2010 ont débuté les prémices des serious games dans les bibliothèques municipales de Genève, et le succès est toujours au rendez-vous, comme l’indique Fanny Beguelin dans son travail de bachelor à ce sujet. Quant au prêt des ebooks, il s’est développé en ce début d’année 2016 grâce à la plateforme e-bibliomedia créée par Bibliomedia Suisse. Dans ce contexte, il est devenu primordial pour les professionnels de se former afin d’en faire la promotion et pour pouvoir accompagner les usagers. 

    La Communauté de travail des bibliothèques suisse de lecteur publique (CLP) a anticipé ces changements et proposent pour 2016 des formations nouvelles qui portent sur des thèmes qui préoccupent les bibliothécaires, tels que : 

    • liseuses et tablettes en bibliothèque : usages, médiation, animation ;
    • serious game ;
    • fablabs : aspects pratiques et mises en œuvre ;
    • bibliothèque physique, bibliothèque numérique : organiser leur valorisation mutuelle.

    Leur souhait est de « réunir l’ensemble des bibliothécaire autour de nouvelles pratiques et d’un positionnement assumé de la bibliothèque troisième lieu ».

    Et dans les bibliothèques scientifiques ?

    Pour les professionnels travaillant en bibliothèques scientifiques, les formations continues liées aux nouveaux usages concernent plus spécifiquement le traitement des données (archives ouvertes, linked open data, données dans le cloud, etc.), les pratiques collaboratives et la valorisation du numérique. Par exemple, l’université de Lausanne propose un cours d’introduction aux linked open data disponible sur la plateforme d’enseignement Moodle ouvert à tous.

    Certaines formations de la CLP correspondent également aux besoins des bibliothèques universitaires, notamment les fablabs, la mise en valeur du numérique, la formation pour les liseuses et tablettes. Dans le domaine plus spécifique de la communication, la Haute École de Gestion propose une formation d’animation de communautés virtuelles permettant d’exploiter les canaux de communication pour créer ou renforcer les liens avec les usagers. 
     
    Nous constatons au travers des formations proposées une réelle volonté d’évolution du métier de bibliothécaire, qui tend de plus en plus vers une variété de services et d’usages s’éloignant des bases du métier. Or, de nombreuses bibliothèques publiques et scientifiques n’osent pas franchir le pas. Alors plusieurs questions se posent : les formations sont-elles suivies par beaucoup de personnes ? Sont-elles suffisamment concrètes pour pouvoir être mises en œuvre par la suite ? A moins qu'il ne s'agisse d’un problème politique ou budgétaire.

    Julie Vuagniaux, bibliothécaire à la Bibliothèque de l'Université de Genève

    À lire sur Archimag

    Commentaires (1)

    • Portrait de Charlotte

      Vous parlez dans votre article du cours d'introduction aux linked open data sur la plateforme Moodle, en informant d'un accès ouvert à tous. Cependant il faut s'authentifier pour y accéder... Dommage :/

      juin 29, 2016

    Le chiffre du jour

    44
    C'est le pourcentage d'hommes français qui se sont rendus sur un réseau social au cours des trois derniers mois. Il s'agit du plus bas taux en Europe !

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    banniere GP52 web.png

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.