Bibliothèques : la transition bibliographique d’étape en étape

Le 05/01/2017 - Par Frédérique Joannic-Seta
"Le modèle FRBR s’attache à regrouper, autour d’un auteur, la totalité de sa production en procédant par regroupements successifs". (DR)

La mise en œuvre de FRBR en France se poursuit. En même temps, ce modèle initial défini dans les années 1990 bénéficie d’extensions (modèles FRBR-LRM et FRBRoo). Intervient aussi une interprétation selon le code RDA. Explications.

FRBR (functional requirements for bibliographic records) naît de la nécessité, exprimée au début des années 1990, d’une limitation des coûts de catalogage, rendue possible par le catalogage informatisé et l’échange de données, et du constat de la diffusion croissante des ressources numériques.

Un groupe de travail se réunit au sein de l'Ifla (Fédération internationale des associations et institutions de bibliothèques) dès 1992 avec comme objectif de définir les fonctionnalités attendues des notices bibliographiques, aboutissant à la publication en 1998 du Rapport final sur les FRBR .

Face à une description bibliographique éparpillée dans un catalogue informatique, où chaque document fait l'objet d'une notice distincte, ce modèle fonctionnel renoue virtuellement avec l'organisation intellectuelle de la création et s'attache à regrouper, autour d'un auteur, la totalité de sa production en procédant par regroupements successifs. Fondé sur une approche entité-relation, FRBR s'appuie sur quatre entités structurelles :

  1. l’œuvre, prise dans son acception la plus conceptuelle ;
  2. l'expression ;
  3. la manifestation ;
  4. l'item.

Leur sont potentiellement associées des relations - relations de responsabilité avec les personnes ou collectivités à chaque niveau, relation de sujet entre l’œuvre et les autres entités du modèle y compris des entités spécifiques déclinées en notion de lieu, événement, concept et objet. Ce modèle permet ainsi une structuration relationnelle de l'information bibliographique.

Données d’autorité et notion de sujet

La modélisation FRBR a fait l'objet d'une extension aux données d'autorité, le modèle FRAD (functional requirements for authority data), et à la notion de sujet, le modèle FRSAD (functional requirements for subject authority data). La fusion en un modèle intégré unique, FRBR-LRM (library reference model), est actuellement en cours de finalisation au sein de l'Ifla et devrait être publiée courant 2017.

Parallèlement, toujours au sein de l'Ifla, une autre formulation du modèle FRBR lui-même est également en cours. Si FRBR a en effet été conçu, selon un formalisme « entité-relation », le monde des musées s'est, lui, orienté vers un modèle « orienté objet », qui s'est traduit notamment par la définition du modèle Cidoc-Conceptual Reference Model (Cidoc-CRM). Le rapprochement des communautés professionnelles a amené l'Ifla à développer une nouvelle version de son modèle, appelée FRBRoo, qui se définit comme une extension du modèle Cidoc-CRM : celui-ci ayant été conçu résolument dans une logique de web sémantique, FRBRoo, comme son extension pour les périodiques, PRESSoo, présente l’avantage indéniable de faciliter l’exposition des données en RDF.

1. Applications concrètes du modèle FRBR dans les catalogues français

 

Nombre d’entreprises ont dans leurs armoires et leurs serveurs un véritable trésor : leurs archives. Prenant conscience de leur potentiel, des projets de valorisation se montent.
  ou  Abonnez-vous

À lire sur Archimag