Publicité

Réouverture des bibliothèques du site Richelieu : acte I

  • labrouste inha.jpg

    La salle Labrouste depuis l’entrée du magasin central, avril 2016. © Jean‐Christophe Ballot - BnF/INHA/OPPIC
  • Les bibliothèques de l'INHA et de l'Ecole nationale des chartes accueillent leur public dans des espaces rénovés. En attendant la réouverture totale du site Richelieu prévue pour 2020.

    Le patrimoine documentaire français dispose désormais d'un écrin au coeur de Paris. Le site Richelieu, qui accueillait jusqu'en 1998 les collections de la Bibliothèque nationale de France, héberge aujourd'hui deux bibliothèques prestigieuses. Celle de l'Institut national de l'histoire de l'art (INHA) et celle de l'Ecole nationale des chartes qui ouvrira ses portes au public le 6 mars prochain.

    La bibliothèque de l'INHA hérite de la fabuleuse salle Labrouste qui a été rénovée et mise aux normes. Ouverte au public depuis quelques jours, elle propose plus de 400 places contre 200 auparavant. Réputée pour ses collections, la bibliothèque figure dans le trio de tête mondial des établissements documentaires les plus richement dotés dans le domaine de l'art : 1,7 million de documents (fonds d'archives, manuscrits, livres anciens, estampes, photographies...). Sans oublier les collections numériques mises à la disposition des usagers : à ce jour, corpus numérisé compte plus de 650 000 documents en ligne.

    Pour répondre aux besoins des usagers, l'établissement a élargi ses horaires d'ouverture de 9 heures à 19 h 30 du lundi au samedi. Les bibliothécaires proposeront également aux lecteurs des services personnalisés : ateliers de recherche thématique, aide à la préparation d'expositions...

    Aide à la recherche documentaire

    La bibliothèque de l'Ecole des chartes quant à elle prend possession de nouvelles salles qui accueilleront des collections hébergées jusqu'ici à La Sorbonne. Soit près de 150 000 volumes en cours de déménagement. 57 places de lectures seront proposées aux usagers sur quatre niveaux à partir du mois de mars prochain.

    La bibliothèque vient ainsi rejoindre les locaux de l'Ecole nationale des chartes qui a élu domicile rue de Richelieu en 2015. Là aussi, les bibliothécaires proposeront des services aux lecteurs comme l'aide à la recherche documentaire et la numérisation en libre service.

    Le site Richelieu continuera par ailleurs d'héberger sur 35 000 m² les collections spécialisées de la Bibliothèque nationale de France : manuscrits, estampes, photographies, monnaies, médailles... 

    Horizon 2020

    La rénovation de ces bibliothèques n'est toutefois que le prélude à un projet bien plus vaste. Le site Richelieu poursuit son chantier de rénovation sous l'autorité des architectes Bruno Gaudin et Virginie Brégal. Baptisé "RICHELIEU, bibliothèques, musée, galeries", le site rénové proposera à l'horizon 2020 "un pôle scientifique et culturel de premier plan". Un musée y sera créé pour présenter une sélection des trésors issus des collections de la BnF. Un café, une librairie et des espaces pédagogiques seront également adossés au nouvel équipement.

    La rénovation du site Richelieu a un coût : 250 millions d'euros financés à hauteur de 80 % par le ministère de la Culture et à 20 % par les ministère de l'Enseignement supérieur. La Bibliothèque nationale de France contribue à cette rénovation à hauteur de 20 millions d'euros.

    Le site Richelieu proposera au public un week-end portes ouvertes du 13 au 15 janvier prochains.

    À lire sur Archimag

    Commentaires (2)

    • Portrait de Jital

      Plusieurs erreurs grossières dans cet article : les collections de la BnF n'ont jamais quitté le site Richelieu en 1998 et qu'il s'agit toujours de leur écrin, donc. Vous donnez l'impression que seules l'inha et l'EdC sont présentes, vous oubliez donc les départements spécialisés de la Bnf, ie les Manuscrits, plus gros fonds de manuscrits anciens au monde, les Estampes, sans doute plus gros fonds d'image sous toutes ses formes (et qui partage la salle Labrouste avec l'inha) au monde, idem pour les Monnaies, etc. Quel dommage pour ce patrimoine que vous oubliez, pour ceux qui s'y dévouent chaque jour au service du public! Et doncpour chacun des citoyens qui ne sauront donc pas qu'ils y ont accès, ni qu'il n'y a pas que l'inha à Richelieu et que toute la Bnf n'est pas à Tolbiac...

      jan 07, 2017
    • Portrait de Bruno Texier

      Merci pour votre lecture (in)attentive de cet article. Vous affirmez : "les collections de la BnF n'ont jamais quitté le site Richelieu en 1998 et qu'il s'agit toujours de leur écrin, donc" Les collections ont bien quitté le site Richelieu en 1998 : " Le déménagement des collections du site Richelieu a débuté le 16 mars 1998 et s'est achevé début 1999, conformément au calendrier prévu". Source : http://multimedia.bnf.fr/visiterichelieu/histoire/lab_hp4.htm Vous affirmez ensuite : "Vous donnez l'impression que seules l'inha et l'EdC sont présentes, vous oubliez donc les départements spécialisés de la Bnf, ie les Manuscrits, plus gros fonds de manuscrits anciens au monde, les Estampes, sans doute plus gros fonds d'image sous toutes ses formes (et qui partage la salle Labrouste avec l'inha) au monde, idem pour les Monnaies, etc." Le 6ème paragraphe de cet article précise bien : "Le site Richelieu continuera par ailleurs d'héberger sur 35 000 m² les collections spécialisées de la Bibliothèque nationale de France : manuscrits, estampes, photographies, monnaies, médailles... " Cordialement.

      jan 12, 2017

    Formulaire de recherche

    Le chiffre du jour

    C'est le nombre de documents relatifs aux attentats du 13 novembre 2015 et mis en ligne sur le site des Archives municipales de Paris.

    Nous suivre

    Publicité

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    banniere GP52 web.png

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.