Françoise Nyssen confirme sa volonté d'élargir les horaires d'ouverture des bibliothèques

Le 11/08/2017 - Par Bruno Texier
Françoise Nyssen sur les balcons du ministère de la Culture (Ministère de la Culture/Didier Plowy)

La ministre de la Culture souhaite "propager les bonnes pratiques" et annonce un appui financier de l'Etat.

C'était un engagement d'Emmanuel Macron alors candidat à l'élection présidentielle. L'élargissement des horaires d'ouverture des bibliothèques a été confirmé par Françoise Nyssen.

​Dans un entretien accordé à Ouest-France, la ministre de la Culture rappelle que la France compte 16 000 bibliothèques "mais la plupart ont des horaires qui ne permettent pas de s’y rendre quand on travaille. À Paris par exemple, elles sont ouvertes moitié moins qu’à Amsterdam ou Copenhague". A ce jour, seulement cinq établissements sont ouverts le dimanche sur une cinquantaine que compte la capitale. "On va partir de celles qui fonctionnent déjà ainsi, identifier les bonnes pratiques et les propager".

Un "pass culture" de 500 euros dès l'année prochaine

Mais un tel chantier ne s'improvise pas. Françoise Nyssen a confié à Erik Orsenna une mission : faire un tour de France pour promouvoir l'élargissement des horaires d'ouverture auprès des collectivités locales. L'écrivain aura fort à faire pour convaincre les élus de mettre la main à la poche alors que les effets des compressions budgétaires se font sentir de toutes parts. Pour Françoise Nyssen, le gouvernement assumera ses responsabilités : "l’État appuiera financièrement les collectivités territoriales qui ont la responsabilité des bibliothèques municipales".

Autre engagement d'Emmanuel Macron, le "pass culture" de 500 euros devrait voir le jour "dès l’année prochaine. Les jeunes pourraient avoir accès à l’offre culturelle via un outil informatique, une appli sur smartphone, par exemple" explique la ministre. Et pour éviter la mésaventure italienne où certains jeunes revendent leurs chèques culture, Françoise Nyssen annonce que des garde-fous seront mis en place.

 

À lire sur Archimag