Article réservé aux abonnés Archimag.com

Open source : quels avantages pour les utilisateurs ?

  • ordinateur utilisateur.jpg

    "Une solution libre peut être immortelle" selon Laurent Séguin, président de l'Aful. (Pixabay/Unsplash)
  • Sommaire du dossier :

    - L'open source, solution gagnante
    - Open source : quels avantages pour les utilisateurs ?
    - La Ged en mode open source
    - Le logiciel libre à plein régime social
    Open source : un système d'archivage électronique de gestion locative libéré sans caution

    Président de l'Association française des utilisateurs de logiciels libres (Aful), Laurent Séguin dresse un état des lieux du marché des solutions open source en France ; un secteur sur lequel éditeurs comme utilisateurs seraient gagnants.

    Quelles sont les tendances observées par l'Aful sur le marché du libre ?

    Celui-ci se distingue par des avancées passionnantes, avec l'entrée notamment des technologies du big data dans les solutions d'ECM (enterprise content management, ou gestion de contenu d'entreprise). Faire évoluer ce type de produits avec une gestion intelligente des données était un véritable enjeu donnant lieu aujourd'hui à un grand nombre de nouveautés.

    Du côté de l'archivage électronique, beaucoup de choses se passent également, mais plus dans la compréhension des utilisateurs qu'en terme d'innovation. La question "vais-je pouvoir relire mon document dans 30 ans ?" se pose désormais véritablement pour beaucoup de gens. Ceux-ci sollicitent d'ailleurs fréquemment l'Aful afin de savoir s'il existe des formats ouverts, libres et gratuits pour la conservation de leurs archives, multimédia notamment. S'apercevant qu'ils ont du mal à conserver l'intégrité de films datant d'une dizaine d'années, ils prennent progressivement conscience de l'intérêt des formats et des standards ouverts.

    Enfin, il est un domaine pour lequel les innovations stagnent depuis cinq ans : dans la mesure où le document en tant que tel est en voie de disparition, la Ged (gestion électronique de documents) telle qu'on l'a connaît aujourd'hui serait selon moi amenée à disparaître pour être remplacée par du traitement de flux. Mais attention : en termes de marché, et notamment du libre, la Ged prend toujours largement ses parts !

    Quelles sont les entreprises gagnantes du libre ?

    En matière d'archivage électronique et de Ged, nous pouvons justement citer le français Maarch, qui a réalisé de très bons résultats cette année et propose une excellente solution de plus en plus utilisée. Elle l'est toutefois, à mon grand regret, bien plus par les acteurs publics que privés, et demande pourtant à être suivie par les grandes entreprises car elle répond à de vrais besoins.

    En ce qui concerne la gestion de contenu, l'éditeur français Nuxeo tire brillamment son épingle du jeu.

    En revanche, Alfresco mérite selon moi un mauvais point car il est presque impossible aujourd'hui d'obtenir un support professionnel pour sa plateforme Community. Son modèle économique est tellement verrouillé que je ne la considère même plus comme une solution libre.

    Et du côté des utilisateurs : sont-ils eux aussi toujours gagnants ?

    Ne pas choisir le libre serait prendre un gros risque. Transformant radicalement le paradigme d'achat, l'acquisition d'une solution libre doit être considérée comme un investissement, à l'inverse d'une solution propriétaire, qui elle sera vue comme une dépense. En effet, dans la mesure où la licence vous permet d'intervenir sur le code, de pouvoir l'auditer et même de le faire évoluer, chacun a l'opportunité de participer lui-même à la feuille de route du logiciel.

    Grâce à toutes les opportunités offertes par le libre, et notamment à celle de pouvoir pénétrer dans le site de développement, comme le permet sa licence, il n'y a aucune raison pour qu'une solution libre, même créée par une entreprise, s'arrête : à partir du moment où des utilisateurs seront prêts à la poursuivre et à la financer, que ce soit du côté de la R&D que du côté de la maintenance du code, une solution libre peut être considérée comme immortelle.

    Le nombre de solutions libres progresse-t-il toujours ?

    Il y a selon moi de plus en plus de solutions libres parce qu'il existe toujours quelqu'un pour tenter de révolutionner le marché en faisant différemment des autres. Créer une solution aujourd'hui qui ne disposerait pas d'une base de libre constituerait d'ailleurs une hérésie économique. Je pense même que nous ne verrons plus de solution émerger qui, sans être forcément totalement libre, ne s'appuierait pas au moins sur une base de libre. C'est ensuite aux utilisateurs et aux clients de favoriser ce modèle pour le pérennise et qu'ils cessent de récompenser ceux qui privent leur liberté.

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !

    Au sommaire

    - Editeurs de veille : on s'était dit rendez-vous dans dix ans...
    - Conduite du changement et collaboration
    - Que Choisir : bibliothèque : découvrir son discovery tool
    - Gouvernance et politique d’archivage

    DOSSIER : L'open source, solution gagnante

    Chacun sait aujourd’hui, lorsque s’ouvre un projet d’informatisation ou de réinformatisation, qu’il a le choix entre des solutions propriétaires ou libres. Dans les faits, comment le match se déroule-t-il entre ces deux mondes ?

    Et aussi :
    - Beyer HealthCare : un portail en bonne santé
    - E-réputation : le droit à l’oubli sur internet
    - Favoris : les réducteurs d’URL
    - Valérie Massignon, recherchiste à l’oeil sensible
    - Sonia Combe : "Il faut toujours s’interroger sur l’origine d’une archive..."
    - Archimag store : applis, cadeaux, beaux livres, expos...
    - Archi... kitsch : dans les archives d’Archimag, octobre 1994

    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous

    À lire sur Archimag

    Le chiffre du jour

    44
    C'est le pourcentage d'hommes français qui se sont rendus sur un réseau social au cours des trois derniers mois. Il s'agit du plus bas taux en Europe !

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.