Comment choisir un intégrateur de solutions open source ?

Le 22/05/2015 - Par Clémence Jost
Mieux vaut qu’en plus de son savoir-faire technique, votre intégrateur soit également doté de compétences dans le domaine du conseil opérationnel et organisationnel. (Fotolia)

Partenaire tout au long de votre projet - et au-delà ! - un intégrateur ne doit pas être choisi à la légère. Car c'est de ses compétences, mais aussi de l'adéquation de ses propositions avec les besoins et les particularité de votre organisation, que dépend la réussite de votre projet.

Beaucoup considèrent le choix d'une solution libre comme un réel investissement sur l'avenir. Dans la mesure où l'intervention sur son code, son audit ou même son évolution sont autorisés par la licence, chacun peut ainsi participer à la feuille de route du logiciel. Une véritable opportunité que nous confirmait Laurent Séguin, président de l'Association française des utilisateurs de logiciels libres (Aful) en octobre dernier : "que ce soit du côté de la R&D ou du côté de la maintenance du code, une solution libre peut être considérée comme immortelle".

A moins de se tourner directement vers l'éditeur d'une solution ou d'être capable de se lancer seul dans le déploiement du projet, la sélection d'un intégrateur s'impose. L'avantage est que celui-ci n'est généralement pas lié à un éditeur donné, et peut donc assurer l'interopérabilité de plusieurs solutions. Car il est rare en effet qu'une solution de Ged ou d'archivage électronique soit le premier élément d'une infrastructure informatique. L'intégrateur retenu doit donc être capable de faire interagir la solution avec les éléments existants ou à venir (bureautique, intranet, etc.)

Comprendre votre problématique avant de parler de solutions

L'intégrateur sera votre partenaire tout au long du projet. C'est pourquoi mieux vaut qu'en plus de son savoir-faire technique, celui-ci soit également doté de...

compétences dans le domaine du conseil opérationnel et organisationnel. Ce que confirme Olga Dernovaya, responsable commerciale et marketing de CEO Vision : "un intégrateur doit non seulement installer l'outil, mais aussi faire un suivi et proposer des services dans le cadre du management du changement : conseils d'organisation autour de la plateforme, tutoriels, formations, etc."

Il est indispensable que l'intégrateur choisi ait une approche "métier" de votre organisation et donc de votre projet : en effet, chaque entreprise est différente et ses process lui sont propres. C'est pourquoi il devra vous proposer une solution adaptée à vos particularités et à vos habitudes de travail tout en étant capable d'évoluer avec celles-ci. "La capacité de l'intégrateur à parler métier est primordiale, explique Paul Terray, consulting manager chez Sollan ; il doit comprendre votre problématique avant de parler de solutions". "Les projets de gestion documentaire sont souvent très proches du métier, confirme Guillaume Lerouge, directeur marketing et ventes d'XWiki ; de ce fait, il faut pouvoir trouver une solution à la fois complète et flexible qui soit mise en oeuvre par un partenaire capable de l'adapter aux besoins du métier du client". 

L'expérience de l'intégrateur que vous retiendrez doit également être étudiée. "Les produits open source sont généralement moins "prêt-à-l'emploi" que les solutions propriétaires, poursuit Paul Terray, car ils permettent une ouverture et une extensibilité plus grande". Soyez donc vigilants : si l'intégrateur n'a que peu d'expérience de l'outil qu'il vous propose, sa faible capacité d'extension pourrait éventuellement vous mener à des impasses techniques, en particulier en termes de maintenance sur le long terme. A noter que lorsque l'intégrateur est également éditeur de la solution, comme c'est le cas de CEO Vision avec sa Ged open source GoFast ou de la plateforme XWiki, celui-ci connaîtra parfaitement son outil et sera donc susceptible d'apporter des conseils plus appropriés dans le couplage avec d'autres applicatifs de votre système d'information.

Importance de la communauté

Enfin, il ne faut surtout pas sous-estimer ce qui est le propre d'une solution open source, c'est à dire sa communauté, au sein de laquelle les utilisateurs jouent un rôle fondamental. En effet, grâce à leurs retours (détection de bugs, suggestions d'évolution, etc) ils contribuent à l'amélioration continue de la solution. "Il faut vérifier quelle est l'implication de l'intégrateur dans les communautés open source, poursuit Olga Dernovaya ; s'il est impliqué activement, cela prouve qu'il est dans la recherche constante d'amélioration de la qualité de ses services". Participer à cette communauté avec ses propres retours d'expérience peut donc être un moyen pour votre intégrateur de faire évoluer le produit dans une direction qui intéresse votre organisation. 

>>> Télécharger le tableau comparatif des intégrateurs de solutions open source en Ged, ECM et archivage électronique <<<

À lire sur Archimag