Article réservé aux abonnés Archimag.com

Cloud : soyez raccord avec la synchronisation !

  • synchronisation_cloud.jpg

    Avec le cloud, la synchronisation des fichiers n’est pas directionnelle (d’un terminal à un autre ou d’un emplacement à l’autre), mais bidirectionnelle (la mise à jour se fait dans les deux sens). (perspec_photo88 via Visualhunt.com / CC BY-SA)
  • Synchroniser ses fichiers, c'est avoir la possibilité de les retrouver à l'identique sur un autre terminal que celui où ils ont été créés ou retravaillés. Avec la prolifération des terminaux mobiles, l'opération est devenue transparente, presque évidente. Et pourtant, afin de disposer de données constamment à jour, mieux vaut prendre quelques précautions.

    Contacts, mails, textes, rendez-vous, agendas, musiques, photos, notes, etc., aujourd’hui, nous ne sommes même plus étonnés de retrouver toutes ces données à jour, en passant d’un terminal à l’autre, du smartphone à l’ordinateur portable ou inversement. C’est devenu totalement naturel. Et pourtant cette synchronisation implique toute infrastructure technique et deux prérequis. Primo, être connecté à internet. Secundo, utiliser le même compte (Gmail, iCloud, OneDrive, Box, Dropbox, Box, Evernote, Hubic, etc.) sur tous ses terminaux.

    Des fichiers sauvegardés et répliqués pour être accessibles en temps réel

    Tous ces fichiers étant stockés dans le cloud du fournisseur de service et répliqués au sein de plusieurs data centers (ce qui permet de garantir une disponibilité immédiate et un accès sans latence), dès que vous en modifiez la structure, cette action est automatiquement enregistrée et dupliquée grâce à un dispositif de sauvegarde automatique et continu. Chez Hubic par exemple, chaque fichier déposé au sein du service est répliqué 3 fois sur 3 sites en Europe.

    Synchroniser, pour quoi faire ?

    L’avantage : vous libérez de la place sur vos terminaux, puisque les fichiers ne sont plus hébergés en local, mais dans le cloud. C’est d’ailleurs le parti pris de Google et de ses Chromebook qui embarquent une mémoire interne restreinte (32 Go généralement, contre 250 ou 500 Go, voire 1 To sur un notebook équivalent), mais offrent suffisamment d’espace en ligne (100 Go gratuits pendant deux ans sur Google Drive) pour pouvoir stocker photos, musiques et documents bureautiques sans souci. Des documents qui seront aussi accessibles et modifiables hors connexion si vous avez activé cette option dans les paramètres du Drive.

    Gérer les versions et les modifications

    Autre avantage : la possibilité d’afficher et de gérer les versions des fichiers. Vous pouvez, en effet, voir qui a apporté des modifications à vos documents, ainsi que la date et l’heure des modifications. Sur Google Docs, par exemple, il suffit d’ouvrir le document en question (Docs, Sheets, Slide....

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !

    Au sommaire

    - Quand le document devient intelligent​
    - Digital workplace et RSE : c’est du pareil au même ?
    - La Cinematek de Bruxelles en version numérique​
    - Marché du management de l’information

    DOSSIER Visa pour la signature électronique​

    Il n’y a plus de frein légal pour mettre en oeuvre la signature électronique dans les secteurs privé ou public, avec des technologies et des pratiques déjà bien rodées.

    Et aussi :
    - Soyez raccord avec la synchronisation​​
    - Bien choisir son fournisseur d’ebooks
    - Réseauter sur Facebook pour sa bibliothèque​​
    - Nantes archive en toute immunité
    - Droit d’auteur : qu’est-ce qu’une oeuvre ?
    - Transfert de fichiers en ligne
    - Portrait Guy Deslaut : le Wikipédien passé par la case documentations
    - Rencontre avec Louise Merzeau : « Il n’y a pas de mémoire sans une pensée de l’oubli »
    - La possibilité d’une ville intelligente
    + Archimag store et Archi...kitsch

    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous

    À lire sur Archimag

    Formulaire de recherche

    Le chiffre du jour

    C'est le nombre de documents relatifs aux attentats du 13 novembre 2015 et mis en ligne sur le site des Archives municipales de Paris.

    Nous suivre

    Publicité

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.