Article réservé aux abonnés Archimag.com

Les acteurs de la démat face à la digitalisation : quelles sont leurs stratégies d’innovation ?

  • innovation_demat.jpg

    innovation
    Peu à peu, le digital s’intègre aux discours marketing et devient source d’opportunités. (Hampton Roads Partnership via Visualhunt / CC BY)
  • Encouragement à être nativement numériques, progrès de la digitalisation des entreprises : le glas a-t-il sonné pour les acteurs du document papier et de la dématérialisation ? Ou peut-être ont-ils anticipé cette évolution pour en faire un argument marketing et redéployer leurs offres...

    “Demande moindre en numérisation” : c’est que soulignait, en juin 2016, l’étude Serdalab du marché du management de l’information. De quoi confirmer un ressenti : les échanges électroniques sont devenus la règle, la digitalisation des organisations est en marche.

    Oui, mais sont présentes sur le marché de nombreuses sociétés qui ont bâti leurs fonds de commerce sur le papier, pour l’archiver, le numériser ou le traiter (lecture automatique de document ou Lad, reconnaissance optique de caractères ou OCR) ; sont-elles d’ores et déjà condamnées ? Comment ont-elles adapté leurs stratégies ? Tiers archiveur, éditeur en Lad-OCR, trois entreprises “non-digital native” répondent.

    Vers la valorisation de l’information

    Pour Everial, si le traitement du papier fait partie des gènes, le numérique est devenu un acquis. Cette entreprise familiale créée en 1989 a pour premier métier l’archivage physique des documents et dispose de douze sites de conservation. Cette activité n’est pas la seule. Lionel Garcia, son directeur général, décrit les services d’Everial proposés autour du numérique : numérisation du document, extraction de l’information par vidéocodage ou des logiciels de Lad, Rad et OCR. Ces services représentent 4 millions de chiffre d’affaires sur un total de 44 millions en 2016. Ils sont en croissance, mais leur part est jugée “encore trop faible” par le directeur général.

    Par ailleurs, Everial travaille sur le document nativement électronique, pour le traiter (essentiellement à partir d’un format PDF ou PDF/A) et en extraire les données. Elle oriente cette activité vers la valorisation de l’information pour une complétude du dossier afin de le rendre utilisable par l’entreprise cliente : remplissage des champs, inventaire des documents, etc.

    De plus, depuis 2015, Everial étant entré majoritairement au capital de Knowings, elle peut ainsi proposer des solutions de Ged et collaboratives, avec une logique d’intranet d’entreprise.

    Service naissant

    Peu à peu, le digital s’intègre aux discours marketing et devient source d’opportunités. “On sent que les entreprises savent qu’elles doivent aller vers le digital, même si beaucoup cherchent par quoi commencer, entre le back-office ou le front-office”, remarque Lionel Garcia. Le directeur gén....

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !

    Archimag
    La veille est une discipline bien installée, mais parfois ronronnante, quand elle n’est pas prise de doute sur son efficacité ou sa place dans l’organisation. Dès lors, il est temps de faire un peu d’introspection et de se réinterroger sur son métier et ses pratiques.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous

    À lire sur Archimag

    Le chiffre du jour

    44
    C'est le pourcentage d'hommes français qui se sont rendus sur un réseau social au cours des trois derniers mois. Il s'agit du plus bas taux en Europe !

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.