Publicité

DAM : Arrêtez de bricoler, mutualisez !

  • macbook-lamps-lamp-computers.jpg

    Aujourd'hui, seule une organisation sur dix est équipée d’une solution de Digital Asset Management. Preuve que ce marché naissant a de beaux jours devant lui (Crédit : Visualhunt).
  • [TRIBUNE] Gérer et partager un fonds de ressources multimédia (photos, vidéos, dessins, plans, etc.) peut devenir un véritable casse-tête, surtout quand on n’utilise pas d’outil adapté.

    Près de la moitié des organisations* utilise des outils disparates pour gérer leurs fichiers multimédia (essentiellement des photos) : des bases de données “maison”, des solutions d’hébergement en ligne (Google Drive, Google Photos, OneDrive, Box, Dropbox, Flickr, etc.), des logiciels de photothèque (ceux notamment qui sont livrés avec l’imprimante ou le scanner), une GED ou encore un logiciel ECM. Certaines utilisent même Instagram ou des applications gratuites (PC ou Mac). Et pour beaucoup, le fonds n’est pas géré du tout et le patrimoine visuel reste éparpillé au sein de plusieurs bases de données, dans différents dossiers et répertoires, voire disséminé sur CD, DVD, cartes mémoires, clés USB ou disques durs externes. Difficile dans ces conditions de retrouver ses “petits” et d’être vraiment efficace.

    5 raisons d'en finir avec l'à-peu-près

    Une solution de DAM permet pourtant de régler bien des problèmes.

    • elle permet d’unifier le fonds, de réunir tous les éléments au sein d’une même plateforme et de pouvoir gagner en efficacité dans le travail quotidien.
    • elle optimise le partage et la collaboration avec les collègues ou intervenants, aussi bien internes qu’externes. Ces derniers auraient alors accès à la même plateforme et pourraient à la fois uploader leurs clichés lorsqu’ils le souhaitent et downloader ceux dont ils ont besoin pour leurs projets de communication/marketing.
    • elle fait gagner en souplesse et productivité. Plus besoin, en effet, de passer une heure à rechercher un visuel ni de perdre du temps à envoyer par mail des visuels trop lourds.
    • elle incite à la réutilisation des visuels déjà référencés et réduirait considérablement les coûts de création. Avec une solution de DAM, vous pourriez aisément retrouver l’infographie déjà réalisée pour une précédente communication et ne pas être obligé de la refaire.
    • elle améliore la qualité du travail fourni et la fluidité des processus dans le cadre de la relation client.

    Une image vaut mieux que des maux

    La solution de DAM idéale se doit par ailleurs d’être simple à utiliser, flexible, modulaire, personnalisable, dotée de puissantes capacités d’indexation, offrant une gestion fine des droits d’auteur et des droits d’accès, un moteur de recherche efficace, la possibilité d’automatiser certaines tâches, des fonctions collaboratives, des outils de statistiques et de reporting (pour enfin savoir si le travail fourni sert à quelque-chose), des fonctions de conversion et de pré-visualisation photo et vidéo. Reste qu’aujourd’hui seule une organisation sur dix est équipée d’une solution de DAM. Preuve que le marché du Digital Asset Management est encore relativement neuf en France, et, qu'avec la prolifération des ressources multimédia, il est bel et bien promis à un brillant avenir.

    Prenez donc une longueur d’avance et arrêter de bricoler avec des outils qui ne sont pas faits pour ça, et passez au DAM !

    *étude SerdaLAB réalisé en juillet 2016

     

    Frédéric Sansuy
    ​Responsable Avant-vente Solutions
    DALIM SOFTWARE

    Fsansuy.jpgResponsable avant vente solutions chez DALIM SOFTWARE depuis 5 ans, Frédéric Sansuy est aussi en charge de l’évolution du produit ES DAM. Durant plus de 15 ans il a été DSI d’agences de communication et responsable DAM chez Hachette Filipacchi Media. Il apporte son expertise de conseil spécialisé dans la définition et l’accompagnement des projets de transformation Métier, Digital et SI dans l’univers de la distribution, des agences et des marques. Il participe activement à de nombreuses conférences comme HenryStewart (DAM conferences) ou via de nombreux blogs marketing et réseaux sociaux.

    À lire sur Archimag

    Le chiffre du jour

    21
    C'est le taux de lecteurs français qui lisent un ouvrage sur liseuse, sur tablette ou sur téléphone.

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.