Face au numérique, le papier fait de la résistance

Le 04/10/2017 - Par Bruno Texier
85 % des Français préfèrent lire un livre sur papier plutôt que sur un support numérique (CC0 Creative Commons)

Les Français affichent une nette préférence pour la lecture sur papier qu'il s'agisse de livres, de magazines ou de quotidiens.

C'est un résultat sans appel : 85 % des Français préfèrent lire un livre en version papier plutôt que sur un support numérique. Ce chiffre s'élève à 80 % pour les magazines et 59 % pour les journaux quotidiens. Les documents commerciaux n'échappent pas à la règle : 43 % des personnes interrogées préfèrent consulter leurs factures bancaires sur papier contre 21 % sur ordinateur. Le règne du zéro papier n'est pas encore advenu...

Selon une étude réalisée par Toluna pour le compte de l'organisation Two Sides qui regroupe les acteurs du secteur du papier, la préférence pour l'imprimé repose sur plusieurs facteurs. 72 % des sondés estiment avoir "une compréhension profonde" après avoir lu un document physique : "ce score est supérieur aux sources d'information en ligne" souligne l'étude.

Burn out numérique

Près de la moitié des Français (48 %) se dit également préoccupée par les risques médicaux liés à une sur-utilisation des écrans : fatigue oculaire, insomnie, maux de tête... 25 % d'entre estiment même souffrir d'une forme de burn out numérique.

Autre argument défavorable au tout numérique, "le marketing et la publicité en ligne sont relativement impopulaires" expliquent les auteurs de l'étude. Ils soulignent ce que l'on pressentait depuis longtemps : 72 % des sondés ne prêtent pas attention à la plupart des publicités en ligne.

Sans surprise, le thème de la confidentialité des données suscite une certaine appréhension. Plus des trois-quarts des Français (76 %) craignent des risques de piratage, de vol ou de dégradation de leurs informations personnelles."75% gardent chez eux des copies papier des documents importants, car ils jugent que c'est la façon la plus sûre et permanente de stocker leurs informations" souligne cette étude.

À lire sur Archimag