Article réservé aux abonnés Archimag.com

Données personnelles : ce qui va changer

  • mobile_surf.jpg

    smartphone
    Les entreprises ne sont pas les seules à être préoccupées par la gestion de leurs données personnelles. se via Visualhunt / CC BY-SA)
  • Sommaire du dossier :

    La sensibilité aux problématiques des données personnelles s’est aujourd’hui généralisée : maîtrise de sa réputation, protection de sa vie privée, propriété sur ses propres données. Le cadre juridique s’est récemment précisé au niveau européen, avec un nouveau règlement et un calendrier contraignant. Impossible pour les entreprises de faire l’impasse sur une gestion conforme, comme le rappelle un expert. Méthodes et outils sont à disposition. Un prestataire décrit sa démarche.

    C'est un chiffre qui en dit long sur les entreprises : 96 % d'entre elles ne comprennent pas clairement le nouveau règlement européen de protection des données personnelles. Adopté au mois d'avril dernier, ce règlement (RGPD) n'entrera en vigueur qu'au printemps 2018 mais son adoption risque de poser de sérieux problèmes aux entrepreneurs.

    Selon une étude menée dans trois pays européens (France, Royaume-Uni et Allemagne) par la société de protection informatique Symantec, 92 % des décideurs informatiques et dirigeants d'entreprises français craignent de ne pas être en conformité avec le nouveau règlement. Et peut-être pire : seulement 25 % d'entre eux estiment qu'il s'agit d'une priorité.

    "Il y a une déconnexion évidente et significative entre l'importance que revêt la confidentialité et la sécurité des données pour les consommateurs et la priorité des entreprises, explique Laurent Lecroq, directeur général de Symantec France ; il reste certes quelques mois pour se préparer, mais le passage à l'action doit être rapide".

    Le Crédit Agricole ne vendra plus les données personnelles de ses clients

    En attendant l'entrée en application de ce nouveau règlement européen prévue pour le 25 mai 2018, certaines entreprises ont pris les devants en se dotant de codes de bonne conduite. C'est par exemple le cas du Crédit Agricole qui applique depuis le 1er janvier 2017 une "charte des données". Particularité : ce document a été coproduit avec ses clients autour de cinq principes. Notamment la sécurité des données que la banque place en tête de ses préoccupations :

    "Les solutions que nous utilisons pour conserver les données de nos clients font l'objet de nos procédures rigoureuses de validation et de certification". 

    Le Crédit Agricole s'engage par ailleurs à ne pas vendre des données personnelles de ses clients. Celles-ci ne seront utilisées qu'au sein de l'établissement pour proposer des services personnalisés : "Nous nous engageons à ne jamais collecter ni traiter les données de nos clients à leur insu et à respecter l'exercice....

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !

    La sensibilité aux problématiques des données personnelles s’est aujourd’hui généralisée : maîtrise de sa réputation, protection de sa vie privée, propriété sur ses propres données. Mais un nouveau règlement européen vient d'être pris. + Numéro 300 ! Pour fêter cet événement, Archimag vous livre ses secrets de fabrication et dévoile les coulisses de la rédaction !
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous

    À lire sur Archimag

    Formulaire de recherche

    Le chiffre du jour

    C'est le nombre de documents relatifs aux attentats du 13 novembre 2015 et mis en ligne sur le site des Archives municipales de Paris.

    Nous suivre

    Publicité

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.