Publicité

Lucille Gonthier, 33 ans, documentaliste à la télé

  • DSC02695.JPG

    Lucille Gonthier, documentaliste de La Nouvelle Edition sur Canal +. (Archimag/CJO)
  • Portrait de Lucille Gonthier, 33 ans, documentaliste chez Flab Prod pour La Nouvelle Edition, diffusée tous les jours à 12h20 sur Canal +.

    "Je ne sais pas quoi faire de ma vie !" s'est plainte un jour une Lucille Gonthier désemparée en poussant la porte du conseiller d'orientation de son lycée de Troyes (Aube). Celui-ci lui ayant parlé du DUT info-com, c'est un peu par hasard que la jeune bachelière pose ses valises à Paris en septembre 2001 pour suivre ce cursus à l'IUT René Descartes (Paris V). Sans grande conviction également, elle choisit alors l'option "documentation d'entreprise", ayant entendu dire qu'elle pouvait offrir de nombreux débouchés.

    "Je ne savais pas encore où j'allais, confie-t-elle ; mais je me suis alors rendu compte que j'aimais classer, ranger et aussi chercher". Le virus, c'est lors du stage réalisé au service iconographie de l'hebdomadaire urbain A nous Paris, à la fin de sa deuxième année, qu'elle l'attrape : "C'était ma toute première expérience en iconographie, explique-t-elle ; j'ai alors vu mes collègues négocier les droits d'une image, découvert l'ambiance d'un bouclage... et j'ai aimé ça !"

    Élargir son horizon

    Lucille Gonthier poursuit ensuite son cursus à l'IUP de Dijon et choisit donc l'option "image" : "Certes, je n'avais pas encore l'objectif de travailler à la télévision, explique-t-elle ; mais j'aimais déjà manipuler les photos, analyser leur contenu et leur fonctionnement". Toujours en plein questionnement quant à son avenir, la jeune fille décide d'élargir son horizon en s'inscrivant l'année suivante au master Euromedia de Dijon. "Cette année fut une sorte de cerise sur le gâteau de mes études, s'enthousiasme-t-elle ; j'y ai appris à me servir d'une caméra, à animer une émission de radio et même à organiser des événements culturels. Mais cela n'avait rien à voir avec la documentation !".

    Attirée par l'assistanat de production, Lucille Gonthier réalise ensuite un stage de cadreuse-monteuse chez Wat, une plateforme de diffusion, filiale de TF1, destinée à promouvoir les jeunes artistes. Nommée assistante de production, elle y passera près d'un an et demi avant de connaître plusieurs mois de chômage. 

    Engagée pour quelques piges chez Eurosport, la jeune femme renoue finalement avec la recherche et l'indexation : "Il s'agissait de mon tout premier poste de documentaliste, explique-t-elle ; c'était une très bonne expérience mais je n'étais pas assez passionnée par le sport pour apprécier rentrer le nom de joueurs de foot inconnus dans un thésaurus" explique-t-elle en riant.

    Aller au plus rapide

    Le milieu de la télévision fonctionnant au réseau, la jeune femme apprend alors qu'un poste de documentaliste s'est libéré chez Flab Prod, une société de production. "J'ai été embauchée pour travailler sur l'Edition spéciale (rebaptisée La Nouvelle Edition), l'émission d'actualité diffusée le midi sur Canal +, explique-t-elle ; c'est un joli concours de circonstances car j'adorais regarder cette émission lorsque j'étais au chômage !".

    Embauchée en janvier 2009, Lucille Gonthier y exerce toujours. "Mes études m'ont certes beaucoup servi, explique-t-elle ; mais c'est sur le terrain que j'ai vraiment appris le métier". L'émission étant diffusée en direct, tous les jours à 12h20, les deux documentalistes de l'équipe sont sur le pont dès 8h du matin afin de recueillir les demandes en images de la quinzaine de journalistes de l'équipe. Si certains sujets sont tournés par les JRI et les reporters de la rédaction, le reste des images diffusées doit exclusivement passer par Lucille Gonthier et sa collègue, garantes de la gestion des droits. Celles-ci les acquièrent via un partenariat avec iTELE, ou bien les achètent auprès de l'Ina, de l'agence britannique AP ou d'autres chaînes. "Nous gérons un gros budget, explique-t-elle ; mais comme nous travaillons dans l'urgence de l'actualité, nous devons faire très attention aux images que l'on achète et gérer les risques lorsque le temps nous manque".

    Si elle se dit grisée par les longues enquêtes que nécessitent certaines recherches d'images, Lucille Gonthier avoue en avoir rarement le temps. "Nous devons aller au plus rapide, confie-t-elle ; beaucoup de gens ne supporteraient pas ce stress quotidien". C'est d'ailleurs pour cette raison que cette passionnée de lecture et de cinéma a repris depuis trois ans le karaté : un sport qui requiert de la concentration et lui permet de se défouler. "J'évacue ainsi la pression de la journée... et suis à nouveau prête pour affronter le lendemain !"


    Elle like :

    Son objet préféré :

    ses albums photos ("j'ai toute ma vie en photos depuis que je suis toute petite. Je dois avoir la documentation en moi")

    Son artiste de musique préféré :

    Björk

    ​Son film préféré :

    Eternal sunshine of the spotless mind​, de Michel Gondry ("J'y découvre de nouvelles choses à chaque fois que je le vois !")

    À lire sur Archimag

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.

    Le chiffre du jour

    identifient la veille collaborative comme faisant partie de leurs sujets prioritaires. Cependant, si les veilleurs sont conscients de la nécessité de la mettre en place, ils ne savent pas trop par quel bout commencer. Ils sont en attente de retours d'expérience, de trucs, d’astuces et de bonnes pratiques pour convaincre leurs collègues d’adhérer et participer à ce nouveau projet.

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    Nouveaux membres