Publicité

Séisme au Népal : Google, Facebook et Twitter apportent leur aide pour retrouver les survivants

  • 17290207611_183e6110f1_o.jpg

    Le premier ministre du Népal, Sushil Koirala a déclaré à Reuters que le bilan du séisme pourrait considérablement s’alourdir et atteindre les 10 000 morts. Crédit : Domenico (Flickr)
  • Depuis le séisme qui a touché le Népal le 25 avril, Facebook et Google ont mis en place des outils pour aider à retrouver les survivants. Dans le même temps, les messages d’appel à témoin se multiplient.

    Samedi 25 avril 2015, le Népal a été frappé par un séisme de magnitude 7,8 sur l’échelle de Richter. Le ministère de l’intérieur du Népal a annoncé ce mardi un bilan provisoire faisant état de 5 057 personnes décédées. Plus de 10 000 personnes ont été blessées. Le premier ministre du Népal, Sushil Koirala a déclaré à Reuters que le bilan pourrait considérablement s’alourdir et atteindre les 10 000 morts.

    De nombreuses personnes sont sans nouvelles de leurs proches présents samedi 25 avril au Népal. Une véritable vague de solidarité s’est mise en place sur internet pour aider à localiser les survivants.

    Appel à témoin sur Twitter

    Sur Twitter, les appels à témoin se multiplient. De nombreux messages sont postés par des proches avec une photo de la personne dont ils n’ont plus de nouvelles depuis le séisme. Différents mots-clés sont utilisés pour donner aux messages la plus grande visibilité possible. Parmi eux, on retrouve #nepal #Nepalearthquake ou encore #NepalQuake.

    Google réactive Person Finder

    Pour venir en aide aux familles sans nouvelles de leurs proches présents au Népal, Google a réactivé Person Finder. Ce moteur de recherche avait été créé après le séisme en Haïti en 2010. Il avait été de nouveau activé après la catastrophe de Fukushima (Japon). Person Finder permet de rechercher des personnes disparues en créant un profil sur lequel on retrouve une photo, l’âge et le nom de la personne recherchée mais aussi un contact pour que la famille puisse obtenir des informations.

    Des informations, non-vérifiables, peuvent être transmises aux familles comme une date d’hospitalisation, une preuve que la personne est en vie, ou un décès. Aujourd’hui, 7 300 fichiers de personnes recherchées au Népal ont été créés.

    Dons et appel à témoin sur Facebook

    En plus d’une vague d’appel à témoin sur Facebook, le réseau social a mis en place deux fonctionnalités pour aider les familles à retrouver leurs proches. « Contrôle d’absence de danger » (Safety Check), est une fonctionnalité qui apparaît sur l’écran des utilisateurs de Facebook qui se trouvent dans la zone du séisme. Si un utilisateur est hors de danger et qu’il se connecte au réseau social, il peut informer ses proches via ce message qui s’affiche automatiquement lors de la connexion à Facebook.

    Le réseau social a également mis en place un système permettant de faire un don. Ce dernier est reversé à l’International Medical Corps. Les dons seront doublés par Facebook jusqu’au montant de 2 millions de dollars. Ainsi, si les utilisateurs du réseau social donnent au total 2 millions de dollars, Facebook versera 4 millions de dollars à cette ONG médicale qui vient en aide aux populations sur les lieux du séisme.

    À lire sur Archimag

    Le chiffre du jour

    C'est le nombre de documents relatifs aux attentats du 13 novembre 2015 et mis en ligne sur le site des Archives municipales de Paris.

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.