Publicité

Adobe Flash Player s’en va… cette fois-ci pour de bon

  • rip-flash-grave1.png

    Sur Twitter, les internautes s'en sont donner à cœur joie / Twitter @NYOOOZ
    Sur Twitter, les internautes s'en sont donné à cœur joie / Twitter @NYOOOZ
  • Les rumeurs allaient bon train ces dernières années, mais la nouvelle est tombée mardi 25 juillet d’Adobe lui-même. L’éditeur de logiciel graphique a annoncé la programmation de la fin de son flash player pour 2020.

    Commercialisé en 1996, Adobe Flash Player s’était imposé sur le marché de l’édition de logiciel graphique. Sans son player, il était impossible de regarder une vidéo, une courte animation ou tout simplement de jouer à un jeu en ligne.

    L’éditeur américain explique son choix de mettre fin à son logiciel phare en expliquant  “qu'avec le temps et l’évolution du web, des mises à jour du flash player ont été adoptées par la communauté web. Dans certains cas, ce sont les flash players d’Adobe qui ont servi de base à la création d’autres logiciels graphiques tels que HTML5 qui sont, à leur tour, devenus essentiels pour les créateurs de contenus.”  

    Officiellement donc, Adobe bat en retraite et se retire lui-même du marché pour laisser place aux nouveaux standards web. Officieusement, il était temps pour l’entreprise de plus de vingt ans de se retirer.

    Un standard web longtemps décrié

    Car Adobe Flash player ne faisait pas l’unanimité dans le monde du web. Déjà en 2010, Steve Jobs dénonçait son obsolescence, affirmant que le logiciel avait été créé durant l’ère des PC et donc que son temps était révolu. Plusieurs experts et spécialistes dénonçaient, quant à eux, ses problèmes de sécurité.

    L’arrivée en 2014 de HTML5 n’a rien arrangé pour Adobe qui n’a eu cesse de perdre des parts de marché. D’ailleurs la firme américaine conseille d’utiliser à présent les nouveaux standards de données tels que HTML5.

    Ainsi, Adobe travaille avec Google, Apple, Facebook, Mozilla et Microsoft afin de réaliser une transition en douceur d’Adobe Flash Player vers HTML5 (plus sûre et moins gourmande en énergie) ou les autres standards de données actuellement en développement chez les navigateurs.

    L’entreprise californienne a tout de même précisé qu’elle continuerait à participer au développement d’HTML5 et poursuivra ses “efforts afin de créer des outils pour améliorer la création de contenus par les développeurs et les internautes.”

     

    À lire sur Archimag

    Le chiffre du jour

    C'est le nombre de documents relatifs aux attentats du 13 novembre 2015 et mis en ligne sur le site des Archives municipales de Paris.

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.