Publicité

La Chine va protéger les données personnelles de ses concitoyens

  • 2339913096_70f43c679e_c.jpg

    Les fournisseurs de services en ligne ne pourront plus recueillir et vendre les données personnelles des utilisateurs sans leur consentement. / Randomwire, Visualhunt
    Les fournisseurs de services en ligne ne pourront plus recueillir et vendre les données personnelles des utilisateurs sans leur consentement. / Randomwire, Visualhunt
  • Plusieurs ministères et administrations chinoises ont annoncé mardi 27 juillet leur coopération prochaine pour prendre des mesures visant à renforcer la protection des données personnelles.

    En novembre dernier, le parlement chinois votait une loi sur la cybersécurité permettant de garantir le caractère privée des données des utilisateurs chinois, qui n’avaient jusque là, aucune réglementation pour les protéger.

    C’est donc dans l’optique d’accompagner la loi qui a été mise en place le 1er juin 2017, que l’administration du cyberespace en Chine, le ministère de l’Industrie et de l’Information, le ministère de la Sécurité publique et l’Administration de normalisation de la Chine vont se mettre à examiner les clauses de dix fournisseurs de services en ligne.

    Leur objectif sera d’analyser dans le détail leurs conditions d’utilisation et de mettre en garde ceux qui recueillent et mettent en vente les données personnelles de leur utilisateurs, activités qui leur sont désormais interdites.

    “La Chine s’aligne sur les standards”

    Contacté par Le Monde en juin 2017, Séverine Arsène, chercheuse au CEFC (Centre d'Études Français sur le Chine contemporaine) déclarait : “Avant, il n’y avait quasiment rien. Désormais, il y a une volonté de définir des limites dans l’utilisation des données. Ça correspond assez aux normes internationales. La Chine s’aligne sur les standards.”

    La loi sur la cybersécurité en Chine prévoit que “les entreprises ne doivent pas collecter d’informations personnelles qui ne sont pas liées aux sources qu’elles proposent (...) et doivent obtenir le consentement des utilisateurs pour exploiter les données qu’elles ont stockées.”

    Ce qui n’est pas sans rappeler la réglementation en vigueur dans l’Union européenne, qui elle, statue que “les données à caractère personnelles doivent être collectées pour des finalités déterminées, explicites et légitimes et ne pas être traitées ultérieurement d’une manière incompatible avec ces finalités.”

     

    À lire sur Archimag

    Le chiffre du jour

    C'est le nombre de documents relatifs aux attentats du 13 novembre 2015 et mis en ligne sur le site des Archives municipales de Paris.

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.