2017, année record pour le secteur de l'économie numérique

Le 11/12/2017 - Par Bruno Texier
L'embellie de la filière numérique devrait se confirmer en 2018(Pixabay / 3844328)

La transformation digitale des entreprises et la prochaine entrée en vigueur du RGPD ont permis au secteur du numérique d'enregistrer une croissance de 3,4 %.

C'est la plus forte croissance du secteur du numérique depuis 2011. Avec une augmentation de 3,4 % pour les activité logiciel et services, le secteur de l'économie numérique profite pleinement de la transformation digitale des entreprises et de l'entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) prévue pour le 25 mai 2018. A elle seule, la mise en conformité des entreprises avec le RGPD représente  670 millions de dépenses en logiciels et services.

Dans le détail, le segment "Conseil et services" a enregistré une hausse de 2,9 % en 2016 alors que l'édition de logiciels affichait une croissance 4,4 %. La partie "Conseil et technologies" quant à elle a connu une hausse de 4,2 %.

Selon l'étude annuelle réalisée par Syntec Numérique, cette croissance se traduit par la création nette de 19 000 emplois en 2016. "L'enjeu du secteur ces prochains mois porte sur la transformation de métiers et la formation afin de répondre aux besoins de recrutement des entreprises" explique Godefroy de Bentzmann, président de Syntec Numérique.

 

Perspectives à la hausse en 2018

L'embellie a toutes les chances de se poursuivre selon Syntec Numérique qui table sur une croissance de 3,6 % pour l'ensemble de la filière numérique en 2018. Les dépenses dédiées au RGPD devraient même passer le cap du milliard d'euros (contre 670 millions cette année).

Seule menace à court terme, "la difficulté à recruter les compétences est le principal en jeu en 2018" estime l'étude. Le secteur réfléchit à plusieurs pistes : formation continue, alternance, professionnalisation "sont autant de dispositifs permettant d'adapter les compétences aux besoins des entreprises et de de recruter des talents dont le public féminin" souligne l'étude.

À lire sur Archimag