Article réservé aux abonnés Archimag.com

Suisse : la bibliothèque de Carouge tente le prêt d'ebooks

  • 283 Dossier retex Carouge.jpg

    bibliotheque-ordinateur
    Les bibliothèques municipales et assimilées (bibliothèques d’EPCI) ont acquis 1 048 produits en 2017 contre 1 023 en 2016. Plus d’un tiers de ces produits sont des logiciels open source. (DR)
  • Sommaire du dossier :

    La ville suisse de Carouge, dans le canton de Genève, a fait le pari de proposer des ouvrages numériques à ses lecteurs, un cas relativement isolé en Suisse.

    La bibliothèque de la ville de Carouge en Suisse s’active pour proposer aux lecteurs un service de prêt numérique. Voilà maintenant quatre années que cette bibliothèque, qui compte 10 000 personnes inscrites, dont 4 000 lecteurs actifs, cherche la solution numérique proposant le maximum de confort pour les usagers.

    En 2011, elle lance un nouveau service, le prêt de tablettes. Yves Martina, directeur, décrit le fonctionnement : « Nous avons proposé aux lecteurs un prêt de tablettes et de contenus. Sur chaque tablette, quinze romans, préalablement achetés par la bibliothèque, étaient chargés ».

    Mais cette expérience n’est pas jugée satisfaisante par les lecteurs. Enthousiasmés sur l’arrivée du numérique dans la bibliothèque, ils se plaignent de la restriction dans le catalogue proposé. Ce qui fait dire à Yves Martina : « Les lecteurs veulent pouvoir choisir leurs ouvrages comme dans les rayonnages et non parmi une liste resserrée ».

    Parier sur le prêt de fichiers

    Après l’échec du prêt de supports tablettes et liseuses, la ville de Carouge ne se décourage pas et, en mai 2014, tente le coup du...

    prêt de fichiers. Le projet est toujours en phase de test, mais différents choix ont été arrêtés.

    350 ouvrages en langue française sont aujourd’hui disponibles au prêt numérique. La bibliothèque mène ce projet avec un credo : proposer les ouvrages les plus récents possibles. Par exemple, on retrouve dans le catalogue tous les prix littéraires de 2014.

    Aucun de ces fichiers numériques n’appartient au domaine public. Yves Martina considère que « si les lecteurs sont intéressés par des ouvrages libres de droits, ils les trouveront par eux-mêmes sur les moteurs de recherche internet ».

    Les fichiers des livres numériques sont achetés auprès de PNB (prêt numérique en bibliothèque) qui traite directement avec les libraires et éditeurs. Pour le portail, la bibliothèque de Carouge a fait appel à Archimed, éditeur spécialisé en solutions documentaires.

    Pour accéder aux livres numériques, le principe est simple. Il faut être inscrit et avoir ainsi un numéro de lecteur et un mot de passe d’accès à la plateforme Archimed. Grâce au portail, les lecteurs peuvent emprunter les livres numériques depuis les postes informatiques présents en bibliothèque et les charger sur n’importe quel appareil personnel connecté à internet, ordinateur, liseuse, tablette ou smartphone. Le système permet donc un accès sur place, mais également à distance aux contenus.

    Tous les livres numériques sont prêtés pour 28 jours. Les lecteurs peuvent emprunter simultanément jusqu’à 5 ouvrages. La bibliothèque de Carouge a opté pour des fichiers chronodégradables.

    Laisser le temps de voir

    L’opération ne provoque pas d’engouement particulier de la part des lecteurs. Aucune communication officielle n’a encore été faite, à l’exception de la présence sur le site internet de l’accès aux ouvrages. Très peu d’emprunts sont constatés sur le portail.

    Malgré tout, Yves Martina se montre optimiste et envisage très clairement la suite du projet. Le chemin est tout tracé : la bibliothèque proposera 1000 livres numériques récents fin 2015. L’objectif est ensuite d’augmenter l’offre de 400, voire 500 titres par an. Il prévoit également le développement du prêt d’ouvrages en allemand et en anglais (le pays compte quatre langues officielles : allemand, français, italien et romanche). « Il faut nous laisser le temps de voir si la consommation numérique peut devenir une habitude, car aujourd’hui très peu de bibliothèques suisses proposent ce service méconnu ».


    + repères
    Points clés pour un lancement réussi de prêt numérique

    • Sonder les attentes du public ;
    • Choisir les titres proposés dans son catalogue (livres récents, ouvrages libres de droits) ;
    • Estimer le coût du projet ;
    • Choisir entre prêt de fichiers, prêt de liseuses ou tablettes, et prêt de fichiers sur ces supports ;
    • Laisser le temps aux usagers de s’habituer à l’offre numérique.

    + repères
    Les coûts du projet de prêt d’ouvrages numériques à Carouge

    • Le prix moyen d’un livre numérique est de 21 francs suisses soit un peu moins de 20 euros.
    • Le coût annuel du portail édité par Archimed donnant au lecteur l’accès aux livres numériques est d’environ 20 000 francs suisses soit un peu plus de 18 750 euros.

     

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !

    Au sommaire

    - Vivre à l'heure de l'identification biométrique
    - Diffusion de l'information : le consommateur mobile devient roi
    - Formation : des professionnels assidus, mais peuvent mieux faire !
    - Des technologies pour délier les langues et les data

    DOSSIER : Débuts difficiles du livre numérique en bibliothèque

    Davantage fréquentées, mais avec moins de lecteurs abonnés, comment les bibliothèques intègrent-elles le numérique dans leurs ressources ? C’est aujourd’hui le livre numérique qui fait le plus débat.

    Et aussi :
    - Choisir un tiers-archiveur physique ou électronique
    - Réseauter et s'informer avec LinkedIn
    - Sword, Temis et ConSoRe s'installent chez Unicancer
    - Favoris : plateformes de Mooc gratuits
    - Sophie Maïsuradzé, la veille en mode multilingue
    - Jean-Paul Amoros : le CDO fait entrer l'entreprise dans le monde digital- 
    + Archimag store et Archi...kitsch

    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous

    À lire sur Archimag

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.

    Le chiffre du jour

    identifient la veille collaborative comme faisant partie de leurs sujets prioritaires. Cependant, si les veilleurs sont conscients de la nécessité de la mettre en place, ils ne savent pas trop par quel bout commencer. Ils sont en attente de retours d'expérience, de trucs, d’astuces et de bonnes pratiques pour convaincre leurs collègues d’adhérer et participer à ce nouveau projet.

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    Ex Libris banner_0.jpg

    banniere GP52 web.png