Publicité

La bibliothèque cantonale et universitaire de Fribourg (BCU) se transforme en learning center

  • bcu_fribourg.jpg

    BCU-Fribourg-jardins-cultives
    L'ouverture de la nouvelle bibliothèque universitaire de Fribourg (Suisse) BCU 21 est prévue en 2024 (Image de synthèse de Marco de Frances co/ Butikofer de Oliveira Vernay SARL, Lausanne)
  • Un grand projet d’agrandissement et de restructuration, baptisé "Jardins cultivés", transformera la bibliothèque cantonale et universitaire de Fribourg (BCU), en Suisse, en learning center ; une bibliothèque digne du 21e siècle à l'horizon 2024. Au programme : un libre accès encyclopédique, des places d’étude différenciées, une infrastructure moderne et une architecture attrayante qui valorise les bâtiments historiques.

    « Jardins cultivés » est le nom du projet lauréat d’un concours d’architecture international (avec 66 participants) conclu en 2010. Le bureau d’architecture Butikofer de Oliveira Vernay, de Lausanne (Suisse), a su relever un défi de taille : le bâtiment à rénover et à agrandir, inauguré en 1910, est situé dans une zone sensible en vieille ville, des parties (façades et intérieurs) néobaroques sont protégées et le périmètre disponible pour la construction est limité.

    >Lire aussi : Learning centers : un premier bilan pour ces bibliothèques universitaires du 21e siècle

    Pourquoi ces travaux de transformation de la BCU ?

    Les projets devaient remédier aux problèmes liés à la sécurité des personnes et des biens, au manque de place (épuisement des capacités de stockage, malgré la délocalisation de 500 000 volumes en 2002, places insuffisantes en nombre et en qualité pour les usagers et pour le personnel), aux carences climatiques des magasins pour les documents précieux et à l’état vétuste du bâtiment (à titre d’exemple, en 2017, 270 étais ont dû être posés dans les magasins pour soutenir les dalles qui fléchissent).

    Le programme prévoyait, en outre, la création d’un libre accès thématique fonctionnant en self-service, la possibilité d’offrir des services répondant mieux aux exigences des usagers, qu’ils soient universitaires ou non (places de travail et d’étude différenciées, salles de travail de groupe, proximité des bibliothécaires, locaux adaptés aux différentes activités culturelles), et l’intégration de cinq bibliothèques universitaires spécialisées en langues, littératures, plurilinguisme et musique.

    >Lire aussi : Voici le futur Learning Centre de l'université Lumière Lyon 2

    Le projet "Jardins cultivés" revu en 2013

    En 2013, le projet a connu un virage, le jardin adjacent à la parcelle ne faisant plus partie du périmètre constructible. À la suite de la réduction du terrain disponible, le projet a été retravaillé et il a fallu trouver des locaux de stockage ailleurs (horizon à 25 ans de réserves).

    Faisant de nécessité vertu, il a été décidé de réunir dans un centre de stockage interinstitutionnel cantonal (SIC), à l’extérieur de la ville, les collections de toutes les institutions culturelles du canton, actuellement dispersées dans de nombreux emplacements, souvent peu adaptés. Ainsi, si tous les objectifs qualitatifs du projet ont pu être maintenus, seuls 75 % des objectifs quantitatifs seront atteints en ville.

    >Lire aussi : Transformations et aménagements : les bibliothèques s’adaptent aux nouveaux besoins de leurs publics

    BCU - "Jardins cultivés" en chiffres

    Plébiscité en février 2018 par le grand conseil au moment de l’approbation du crédit de construction (101 voix favorables, 4 contraires et une abstention) et en juin 2018 par le peuple fribourgeois (81 % de oui), le projet actualisé a été devisé à 79 millions de francs suisses (environ 70 millions d’euros), dont 60 millions (environ 53 millions d’euros) pour le crédit d’engagement et 15 millions (environ 13 millions d’euros) de subventions fédérales présumées, ainsi que 4 millions déjà investis dans l’étude de détail du projet.

    La surface utile de 14 600 m2 accueillera 900 places de travail pour les usagers dans des salles de lecture (740), dans des locaux pour petits groupes (120) et sous forme d’espaces d’étude individuels ou carrels (40) ; 100 places seront disponibles dans une salle multifonction et 140 dans la cafétéria (où seront présentés les journaux et revues de vulgarisation). Le libre accès proposera à terme 300 000 volumes, avec un objectif de 200 000 volumes à l’ouverture.

    La surface utile des magasins pour les biens culturels s’élèvera à 2 600 m2. L’ouverture est prévue en 2024.

    >Lire aussi : Lille-I inaugure sa bibliothèque futuriste et augmentée : le Lilliad Learning Center Innovation

    La BCU 21 : un futur learning center

    Par l’intégration de cinq bibliothèques de l’université, la BCU 21 deviendra un learning center spécialisé en langues et littératures (100 000 volumes en libre accès) et musicologie (10 000 volumes). Les fonds universitaires moins consultés seront déposés dans les locaux extérieurs.

    Le rôle universitaire renforcé s’ajoutera aux missions légales actuelles de la BCU qui prévoient notamment celle d’assurer la conservation et la mise à disposition de la mémoire cantonale imprimée et audiovisuelle.

    Le centre de stockage interinstitutionnel cantonal, lieu de stockage en commun pour les institutions culturelles de l’État de Fribourg et certaines autres institutions régionales, permettra de dégager des effets synergiques importants en raison du regroupement à un seul endroit de collections de nature très hétérogène, actuellement entreposées aux quatre coins du canton.

    >Lire aussi : Quel avenir pour les bibliothécaires en bibliothèque universitaire ?

    Calendrier des travaux de transformation de la BCU

    Il était prévu qu’en 2019 déjà les places de travail du personnel et le back-office soient déménagés dans des locaux en ville, et que, durant la même année, les magasins extérieurs actuels (BCU-Beauregard) soient réaménagés pour devenir la BCU de la transition et que le SIC soit construit pour être prêt en 2020 à accueillir tous les fonds de la BCU. En cette même année, un fonctionnement minimal aurait dû être proposé à BCU-Beauregard et le passage à Alma (SLSP) se serait concrétisé. L’intégration des cinq bibliothèques de l’université et le déménagement des fonds de la BCU devaient se faire en 2024.

    Le projet et son calendrier ont finalement été modifiés à la suite de la renonciation de l’État à acquérir le terrain sur lequel le SIC aurait dû être bâti. Si la construction a été retardée de plusieurs mois, elle est finalement entrée en oeuvre en novembre 2019. 

    >Lire aussi : Université : et si les étudiants voulaient juste des bibliothèques traditionnelles ?

    Période transitoire

    Durant le chantier qui durera quatre ans, les services (accueil, prêt, information, places d’étude) et une partie des fonds en libre accès (notamment les collections audiovisuelles et patrimoniales) seront donc proposés à BCU-Beauregard, sur une surface de quelque 3 000 m2. Les équipes du secteur public et des secteurs patrimoniaux y trouveront leur place de travail. La majorité des fonds seront déposés au SIC (environ 8 000 m2) et pourront être empruntés (service journalier de navette). Le personnel, quant à lui, travaillera dans des locaux appartenant à l’État en ville de Fribourg (1 000 m2).

    Regula Feitknecht
    Directrice adjointe de la BCU Fribourg
    (à noter : cet article a été publié sur le site Arbido)


    Présentation de la BCU Fribourg

    Fondée en 1848 en tant que bibliothèque cantonale, elle devient bibliothèque cantonale et universitaire en 1909. Elle est formée d’une bibliothèque centrale et de 18 bibliothèques sises à l’université.

    Partenaire du Réseau romand, la BCU coordonne le Réseau fribourgeois dans lequel on trouve encore 19 bibliothèques associées. Dans Rero, elle est présente avec 2 millions de notices et 2,9 millions d’exemplaires.

    Elle déploie ses missions de bibliothèque universitaire, patrimoniale, de lecture publique et d’archives en faveur de l’université (10 000 étudiants et 1 000 enseignants), de l’agglomération (80 000 habitants) et du canton de Fribourg (bilingue avec une proportion de 67 % de francophones et 31 % de germanophones) avec 20 000 inscrits et 250 000 entrées par an.

    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    C'est le nombre moyen de journées télétravaillées chaque mois.
    Recevez l'essentiel de l'actu !
    Publicité

    banniere-archimag_2_0.gif

    doc 2020.PNG

    banniere GP52 web.png