Article réservé aux abonnés Archimag.com

L'ABD fête ses soixante-dix ans

  • ABD.jpg

    Les anciens présidents de l'ABD réunis à l'occasion du 70e anniversaire de l'association. (ABD)
  • À l'occasion de son 70e anniversaire, l'Association belge de documentation souhaite élargir son influence vers d'autres secteurs professionnels. [de notre correspondant à Bruxelles]

    Fondée en 1947, l’Association belge de documentation (ABD) fêtait naturellement ses soixante-dix ans cette année. L’occasion de convier une centaine de ses membres et amis à une manifestation particulière qui s’est déroulée le 28 septembre dernier au Centre belge de la bande dessinée (CBBD).

    Jean Auquier, directeur du CBBD, présenta brièvement le centre, ses activités et ses missions et proposa une visite en petits groupes.

    Puis Olivier Speltens, auteur de la série historique en bande dessinée « L’Armée de l’ombre » (éditions Paquet), détailla largement sa...

    ...méthodologie de recherche documentaire, indispensable pour garantir le maximum de précisions et d’authenticité à son œuvre. 

    Les participants partagèrent ensuite le verre traditionnel et purent échanger souvenirs et projets.

    Malgré son âge respectable, l’ABD n’est pas la plus ancienne association professionnelle belge. La Vlaamse Vereniging voor Bibliotheek, Archief en Documentatie​ (VVBAD) existe en effet depuis 1921 et regroupe des professionnels actifs au sein de la communauté néerlandophone, tant documentalistes, bibliothécaires qu’archivistes.

    Du côté de la communauté francophone, trois associations sont présentes : l’Association professionnelle des bibliothécaires et documentalistes (APBD), la Fédération interdiocésaine des bibliothécaires et bibliothèques catholiques (​FIBBC) et l’Association des archivistes francophones de Belgique (AAFB).

    communautés linguistiques

    Mais l’ABD se distingue en recrutant ses membres dans les différentes communautés linguistiques du pays et constitue de ce fait la seule association nationale. Cette situation particulière la prive paradoxalement de toutes possibilités de subsides officiels, la culture étant de compétence communautaire et non fédérale !

    Toutes ses activités sont donc planifiées et gérées par des bénévoles, agissant sous la responsabilité de son conseil d’administration. Celles-ci sont fort diverses : réunions périodiques de formation continuée (les Doc’Moments), une journée annuelle d’étude (l’Inforum), des rencontres avec les prestataires de services (les Ateliers), un prix de fin d’études en Infodoc, une publication trimestrielle... Une politique gagnante qui lui permet de maintenir son nombre de membres affiliés autour des 600 professionnels.

    Mais un anniversaire est aussi l’occasion de réfléchir à l’avenir. Interrogé à ce propos par nos soins, son président actuel, Guy Delsaut, nous précisa ses principaux objectifs dans l’immédiat.

    une constante adaptation à l’évolution des métiers de l’information-documentation

    Certains « bibliothécaires-documentalistes » se dirigent désormais davantage vers des fonctions plus techniques, proches de l’informatique ou des métiers de la communication ou alors ils jouent parfois un rôle plus social, par exemple dans des bibliothèques de quartiers défavorisés.

    Une association comme l’ABD se doit d’être ouverte à ces nouvelles formes de métier. De plus en plus, notre offre devra aussi s’adresser à des professionnels qui, à la base, ne faisaient pas partie de nos métiers, mais pour qui la gestion de l’information constitue une part importante de leur travail.

    Leur travail est trop méconnu tant des professionnels que des ressources humaines et des organismes d’aide à l’emploi. D’autres associations, représentant sans doute des professions nettement plus répandues, doivent ressentir ce même manque de reconnaissance. Nous devrions dans ce cadre-là mieux collaborer avec eux, en commençant sans doute par des métiers proches.

    une stratégie de communication plus dynamique

    La fragmentation de notre profession en métiers plus spécifiques, face à l’explosion des (trop ?) nombreux réseaux sociaux, pose à notre association un véritable défi. Seule une politique de communication coordonnée et dynamique est susceptible de maintenir une présence effective auprès de l’ensemble de notre communauté, quels que soient l'activité et l'âge. L’ABD déjà présente sur LinkedIn doit suivre avec attention l’évolution des pratiques réelles des professionnels et adapter sa communication régulièrement.

    Le passé étant souvent garant de l’avenir, nous pouvons légitimement espérer que l’ABD continuera à offrir des services de qualité à ses membres et que, à l’occasion d’un prochain anniversaire (le soixante-quinzième est déjà en préparation), nous puissions en dresser un bilan à nouveau très positif.

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !

    Exposer est un temps fort dans la vie d’un service d’archives. Où différents éléments du fonds vont être sortis, peut-être en dehors même des murs, à moins qu’il s’agisse d’une exposition virtuelle. Les motivations pour monter une exposition sont multiples, internes ou externes, répondant en particulier à une demande culturelle ou éducative. Il faut des mois, voire davantage, pour mener à bien une exposition. Des budgets parfois importants sont engagés, sans compter la mobilisation des agents. Alors, autant bien se préparer - une norme Afnor apporte un cadre -, en veillant à bien choisir son matériel d’exposition.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous

    À lire sur Archimag

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.

    Le chiffre du jour

    63
    C'est la part des entreprises françaises qui adhèrent à la dématérialisation des notes de frais.

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    Publicité

    2019_03_270x270_aidel-archimag_fondu.gif