Publicité

Isabelle Gautheron, directrice de la documentation de l'Ecole des Ponts ParisTech : le goût des autres

  • isabelle_gautheron.jpg

    Isabelle-gautheron
    Isabelle Gautheron : "J’ai passé une grande partie de mon enfance en Afrique où mes parents étaient expatriés. De cette époque, j’ai gardé le goût des autres et une grande curiosité pour les cultures du monde". (DR)
  • Portrait d'Isabelle Gautheron, qui dirige la documentation de l'Ecole des Ponts ParisTech (ENPC). Un parcours qui englobe presque toutes les facettes des métiers de l’information-documentation.

    Son large bureau est baigné de lumière. Des fenêtres, on aperçoit les lignes pures des bâtiments de l’École des ponts ParisTech (ex-École nationale des ponts et chaussées) située à une quinzaine de kilomètres de Paris. Dans les couloirs, des photographies rappellent les promotions et les portraits d’anciens élèves de l’une des plus anciennes et plus prestigieuses grandes écoles françaises (fondée en 1747). C’est d’ici qu’Isabelle Gautheron dirige la documentation de l’ENPC. Un poste qui demande de la souplesse car il couvre à la fois un learning center (baptisé La Source), un pôle dédié à l’information scientifique et technique, ainsi qu’un important patrimoine archivistique.

    Débuts en lecture publique

    Avant de prendre la direction de la documentation de l’École des ponts ParisTech, Isabelle Gautheron a connu quasiment toutes les facettes des métiers de l’information-documentation. Son parcours l’a d’abord menée vers la lecture publique dans une bibliothèque parisienne à proximité de Montmartre, puis à la Cité des sciences et de l’industrie : « Une expérience très intéressante où j’ai croisé un public très cultivé et des usagers moins habitués aux salles de lectures. J’ai également eu la chance d’organiser des expositions consacrées aux métiers du cuir avec Hermès et à l’industrie automobile, notamment les célèbres croisières jaunes en Asie et les croisières noires en Afrique organisées par Citroën. Cette médiation m’a permis de découvrir qu’il existait différentes façons de transmettre le savoir ».

    Créatrice de centres de ressources documentaires

    Au milieu des années 1990, Isabelle Gautheron rejoint le pôle universitaire Léonard de Vinci (La Défense) en tant que cheffe de projet : « Nous avons inventé le concept d’infothèque ouverte aux étudiants, aux professeurs et aux entreprises. Il nous semblait important de tisser des liens avec les pépinières d’entreprises à l’heure où le web transformait les modes de médiation traditionnels ». Elle y reste une douzaine d’années avant de prendre en mains le projet de création de bibliothèque numérique interétablissement scientifique au sein de l’Institut national de la recherche agronomique.

    La création ex nihilo de centres de ressources documentaires devient alors sa marque de fabrique. En 2007, c’est auprès du SIAAP (Syndicat interdépartemental pour l’assainissement de l’agglomération parisienne) qu’elle est recrutée pour mettre sur pied une bibliothèque numérique et un dispositif de valorisation du patrimoine et de la mémoire orale. L’occasion de rencontrer des historiens qui travaillent sur Paris et ses banlieues.

    Faire face à des situations professionnelles diversifiées

    Cette succession de postes à responsabilités lui convient : « J’ai passé une grande partie de mon enfance en Afrique où mes parents étaient expatriés. De cette époque, j’ai gardé le goût des autres et une grande curiosité pour les cultures du monde. C’est probablement à cette époque que j’ai développé un intérêt pour l’histoire, les sciences et la diffusion des connaissances. De retour en France, j’ai dû me réadapter, ce qui est très utile aujourd’hui pour faire face à des situations professionnelles diversifiées ».

    Aller chercher le public là où il est

    A l’École des ponts ParisTech, Isabelle Gautheron applique ce qu’elle a observé tout au long de sa carrière : aller chercher le public là où il se trouve, adapter l’offre documentaire aux besoins des usagers, proposer des lieux de travail inspirants qui donnent envie de travailler… Mission remplie : La Source, le learning center de l’école, figure parmi les lieux les plus réussis dans le domaine documentaire avec ses équipements haut de gamme et plus de 250 000 documents mis à disposition des usagers. « La diffusion des connaissances passe aussi par ce plaisir-là… »


    Elle like

    • Sa ville préférée : Palerme, ville généreuse, riche de cultures et de styles très divers qui cohabitent avec harmonie.
    • Son peintre préféré : Félix Valloton, peintre franco-suisse de la fin 19e-début 20e, au regard subtil et raffiné, auteur à la fois de portraits, de scènes d’intérieur et de paysages.
    • Son film préféré : « Les 39 marches » d’Alfred Hitchcock, un thriller de 1935 en noir et blanc, film à énigme, esthétique, dont l’action se passe en Écosse. Un petit bijou.

    À lire sur Archimag

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.

    Le chiffre du jour

    estiment que les recrutements dans le numérique seront importants à l'avenir, mais seul un tiers s'est déjà reconverti professionnellement dans ce secteur ou envisage de le faire, selon une enquête OpinionWay réalisée pour l'Ecole Informatique (ENI).

    Recevez l'essentiel de l'actu !