Publicité

Qu'est-ce que l'EPRS, le Service de recherche du Parlement européen ?

  • EPRS_europe.jpg

    EPRS-Parlement-Européen
    Le service de recherche du Parlement européen (EPRS) propose un accès direct à plus de 1 000 journaux et revues, une collection physique de plus de 80 000 libres et plus de 20 000 livres électroniques. (Parlement européen)
  • Le Parlement européen dispose d’un vaste service d’information, l'EPRS (le service de recherche du Parlement européen) qui produit une documentation à destination des députés, des commissions et du personnel. Visite guidée.

    [Par notre correspondant à Bruxelles]

    Dès sa fondation en 1952, le Parlement européen a disposé du service d’une bibliothèque propre qui devait couvrir les besoins spécifiques des députés européens.

    >Lire aussi : Vu de Bruxelles : La Cinematek de Belgique en version numérique

    C’est sur la base d’un succès indéniable rencontré par celle-ci que le Parlement européen a décidé d’étendre la gamme des services qu’elle offrait en l’intégrant dans une nouvelle direction générale plus vaste "Service de recherches du Parlement européen" (ou "European parliamentary research service", EPRS), ouverte en novembre 2013.

    EPRS-Parlement-Européen

    De bibliothèque à Service général de la recherche

    L’EPRS a pour mission de fournir une gamme complète de produits et services à la demande des 720 députés, de leurs assistants, des diverses commissions et du personnel du Parlement. Pour ce faire, il dispose d’un personnel qualifié d’environ 300 collaborateurs dont la moitié est composée d’analystes spécialisés et l’autre de gestionnaires affectés à la gestion de la bibliothèque ainsi qu’à des fonctions de support, d’archivage et de communication, et s’appuie sur les ressources documentaires internes et externes.

    >Lire aussi : Vu de Bruxelles : Le CBBD, un écrin pour la bande dessinée

    L’EPRS est organisée en trois entités distinctes étroitement coordonnées :

    1. La direction "service de recherche pour les députés" répond aux demandes personnelles d’analyse des députés et de leurs assistants. Elle propose aussi une large gamme de publications proactives sur les principaux sujets liés à l’Union européenne, ainsi qu’une assistance personnalisée si souhaitée.
    2. la direction "bibliothèque" gère cinq salles de lecture situées à Bruxelles, Strasbourg et Luxembourg et offre un accès direct à plus de 1 000 journaux et revues, une collection physique de plus de 80 000 libres et plus de 20 000 livres électroniques (y compris les publications de Springer, de la Banque mondiale et de l’OCDE). Son catalogue est en ligne, son SIGB, dont elle assure la gestion, est le même que celui des autres institutions européennes ("Alma" de la société Aleph) afin d’offrir la meilleure compatibilité et ouverture. Elle dispose aussi d’une bibliothèque en droit comparé et d’une bibliothèque historique.
    3. la direction « évaluation de l’impact et de la valeur ajoutée européenne » permet aux députés de mieux appréhender les actions de l’exécutif, la mise en œuvre des politiques communautaires, leur exécution et le contrôle de leur efficacité réelle. Elle effectue également des travaux de prospective de sa propre initiative ou à la demande des députés.

    >Lire aussi : Vu de Bruxelles : l’open data en Belgique, un essor récent

    EPRS-Parlement-Européen

    Un public connu, mais…

    Le fait de s’adresser à un public cible bien déterminé et géographiquement rassemblé — les bureaux des députés sont regroupés dans le bâtiment principal du Parlement européen à Bruxelles — constitue un indéniable avantage, mais la couverture thématique nécessaire est extrêmement variée et concerne l’ensemble de la problématique communautaire.

    De plus, son profil linguistique est très riche. Si les documents produits sont généralement disponibles en anglais, une partie importante l’est aussi en français et en allemand. Et des demandes peuvent être souhaitées dans l’une des 25 langues officielles des États membres de l’Union ! Le service dispose heureusement du thésaurus multilingue EuroVoc (les langues officielles et trois supplémentaires).

    La gestion des demandes exige une procédure efficace et rapide de transfert vers les collaborateurs les plus pertinents.

    Une politique "orientée vers l’utilisateur"

    Reprenant une pratique déjà bien établie par sa bibliothèque, l’EPRS propose une politique d’information et de sensibilisation à ses services et prestations auprès de l’ensemble de ses utilisateurs potentiels, par exemple en rencontrant directement les députés ou leurs assistants, par la diffusion de brochures promotionnelles, par l’organisation de débats et de rencontres en son sein.

    >Lire aussi : Vu de Belgique : le Mundaneum, un lieu où passé, présent et futur se côtoient

    Un intranet maison, avec de nombreuses fonctions de type Wiki, agit comme une forme de "guichet unique" à la fois pour faciliter l’introduction de demandes, l’accès à ses ressources (catalogue, publications numériques…), la création d’alertes. Pour les membres du service, il offre également des fonctions de knowledge management (archivage des comptes rendus de réunion, de procédures, documents internes…).

    Il est également largement présent sur les réseaux sociaux (Twitter, Linkedin, You Tube ou Pinterest). Le lancement récent d’une "EPRS App" pour tablette ou smartphone complète ces outils. Ces efforts expliquent le fait que 96 % des parlementaires ont recouru à ses services en 2017. 

    S’inscrivant dans la poursuite de cette politique, l’EPRS développe une activité de curation proactive. C’est ainsi qu’il publie régulièrement de courtes analyses sur des sujets d’actualité en phase avec l’activité du Parlement (briefing, "At a glance", "Statistics spotlights"…), comme de nombreuses analyses plus approfondies.

    >Lire aussi : Panorama de l’offre d’enseignement en infodoc en Belgique francophone

    Une ouverture vers l’extérieur

    Bien que sa vocation originale l’oriente principalement vers les membres du Parlement européen, l’EPRS se tourne de plus en plus vers des publics extérieurs, en particulier les citoyens européens. Il a ainsi répondu en 2017 à 52 000 demandes d’information citoyennes transmises à son unité « demandes d’information des citoyens » basée à Luxembourg. De même, il développe une activité éditoriale pour ce même public (par exemple, sa brochure "Que fait l’Europe pour moi ?" qui dispose de son propre site internet).

    EPRS-Parlement-Européen

    L’avenir : de nombreux défis à surmonter, des ambitions à réaliser

    Si l’évaluation des premières années de fonctionnement de ce nouveau service et les remontées des utilisateurs valident largement le principe de sa création, il doit cependant faire face à de nombreux défis. En particulier, la gestion d’un personnel aussi nombreux et qualifié n’est pas sans poser de problèmes de gestion de ressources humaines.

    >Lire aussi : Librarium : un musée innovant dédié au livre, à l'écrit et aux bibliothèques à Bruxelles

    Une professionnalisation accrue de son personnel, comme un renforcement de ses activités de curation et le développement de son activité éditoriale seraient certainement appréciés. Une poursuite de l’extension de son offre de services vers l’extérieur, par exemple les autres institutions de l’Union ou le monde universitaire, et surtout vers les citoyens, accentuerait son rôle dans la démocratisation du processus d’intégration européenne en cours.

    Philippe Laurent

    À lire sur Archimag

    Le chiffre du jour

    C'est le nombre d'internautes en France soit 89 % de la population nationale.

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    Veille 2020.PNG