Article réservé aux abonnés Archimag.com

Professionnels de l'information, quelles compétences technologiques devez-vous maîtriser (et à quel point) ?

  • professionnel_information_competences_techno.jpg

    professionnel-information-competences-techno
    Le paysage des technologies est certes assez vaste pour offrir au professionnel de l'information des opportunités quasi sans limites d'enrichissement de ses compétences. (Freepik/drobotdean)
  • L’informatique et les technologies occupent une place croissante dans les métiers de la gestion de l’information. Les professionnels doivent-ils dans ces domaines augmenter leurs compétences pour mieux les appréhender ? Jusqu’à quel point ? Cet article propose une cartographie détaillée des technologies et compétences en lien avec la gestion de l'information et indique le niveau de maîtrise de ces compétences (de base, intermédiaire ou avancé) à acquérir.

    GP64.jpgVous souhaitez en savoir plus sur les compétences - en plein évolution - des professionnels de l'information et sur la meilleure façon de les faire progresser tout en étant en phase avec les attentes des recruteurs ? Dématérialisation, digitalisation, data : le contexte est on ne peut plus favorable pour les professionnels de l’information ! Comment en tirer davantage parti ? En faisant mieux valoir ses compétences et en sachant lesquelles renforcer. C’est l’invitation de ce guide.
    Découvrez le guide pratique Métiers de l'info : boostez vos compétences !, publié par Archimag en 2019 ! 

    1. Introduction

    Comme chacun sait, le recours à l’informatique et aux technologies pour la gestion de l’information a crû à un rythme effréné et soutenu dans les six dernières décennies. Les technologies sont maintenant massivement présentes dans tous les systèmes d’information et il n’est pas inhabituel qu’un système d’information ne mette plus en jeu aucun support traditionnel (lire « papier »).

    >Lire aussi : Documentalistes, veilleurs, bibliothécaires et archivistes : comment se profile votre avenir

    Est-ce à dire que les métiers liés à la gestion de l’information relèvent de plus en plus exclusivement du domaine de compétence de l’informaticien ou du technologue ? Non.

    Tout comme le monde de l’aménagement matériel du bâti ne peut se contenter des compétences de l’ingénieur en bâtiment, mais a aussi besoin de celles de l’architecte, de l’urbaniste, du spécialiste en aménagement du territoire... de même, celui de la gestion de l’information requiert non seulement le savoir-faire des ingénieurs en informatique, mais tout autant celui des professionnels de l’information : bibliothécaires, archivistes, documentalistes et autres « architectes de l’information ».

    Résistance ou symbiose

    L’intérêt des premiers, les « ingénieurs » - que ce soit en bâtiment ou en informatique -, part de l’intérieur des objets conçus, pour aller vers l’extérieur. À la frontière - ou interface - entre l’objet et son environnement, la préoccupation de l’ingénieur est surtout la résistance de l’objet face aux charges, contraintes et menaces provenant de l’extérieur (rafales de vent, nombre de véhicules ou de transactions par minute, etc.).

    >Lire aussi : Quel avenir pour les documentalistes ?

    En contraste, l’intérêt des seconds, les « architectes » - traditionnels ou de l’information -, part de l’extérieur de l’objet conçu, donc de l’environnement, pour aller vers l’intérieur. La préoccupation première à la frontière de l’objet est la symbiose qu’il peut entretenir avec son environnement en termes de services rendus et reçus. C’est une telle vision des choses qui a mené au mouvement de l’architecture de l’information, issue des métiers de l’information dans les années 1990.

    Vus de la sorte, les domaines d’expertise de l’ingénieur et du professionnel de l’information sont complémentaires.

    Connaissances et compétences utiles, voire essentielles

    Il n’en demeure pas moins que des connaissances et compétences informatiques et technologiques sont utiles, voire essentielles, aux professionnels de l’information. Tous les volets d’une bonne prestation de service - analyse, diagnostic, recommandations, implantation, opération, évaluation - reposent aujourd’hui sur un minimum de compétences technologiques, et parfois, selon les cas, sur des compétences pointues beaucoup plus poussées.

    >Lire aussi : Archivistes, documentalistes et veilleurs : enquête sur vos projets de reconversion professionnelle

    2. Quelles compétences ?

    Étant donné le développement fulgurant des technologies utiles en gestion de l’information, il est impossible pour une seule personne de les maîtriser toutes, même sommairement, quels que soient son talent et sa formation.Il importe donc d’adopter une approche stratégique dans l’acquisition des compétences : s....
    Ce sujet vous intéresse? Retrouvez-en davantage dans les Guides Pratiques Archimag !
    GP64
    Dématérialisation, digitalisation, data : le contexte est on ne peut plus favorable pour les professionnels de l’information ! Comment en tirer davantage parti ? En faisant mieux valoir ses compétences et en sachant lesquelles renforcer. C’est l’invitation de ce guide. Notre quatrième baromètre emploi du management de l’information permet de se positionner, de même que notre enquête sur les salaires. Archivistes, bibliothécaires, community managers, documentalistes, veilleurs : quelles sont les clés de votre avenir ? Des fiches métier sont proposées, accompagnées de témoignages. Vos demandes en formation continue évoluent, comme le montre notre nouvelle enquête formation. Découvrez un panorama des formations initiales - plus de 200 ! - et continues. Enfin, on vous dit comment vous valoriser pour décrocher votre nouvel emploi.
    Acheter ce guide  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    C'est le montant de l'enveloppe dédiée au développement de l'e-administration à partir de 2021.
    Publicité

    Veille 2020.PNG