Article réservé aux abonnés Archimag.com

Veille : l’intelligence collective, encore loin d’être une réalité dans les organisations

  • veille-intelligence-collective-organisations.jpg

    veille-intelligence-collective-organisations
    75 % des organismes publics ne comptent qu’1 à 3 professionnels de la veille, un taux qui baisse à 62 % dans les entreprises privées. (Freepik/master1305)
  • Tenant un rôle de premier ordre dans l’intelligence collective, le veilleur est également au cœur de la stratégie de nombreuses organisations. Il facilite en effet la prise de décisions et la mise en œuvre rapide d’actions concrètes. Malgré son importance, ce métier se fait plutôt rare, souffrant d’une reconnaissance hasardeuse, comme en témoignent les résultats d’une enquête sur les pratiques de veille dans les organisations, menée par Archimag pour Bertin IT auprès de plus de 130 veilleurs.

    Temps de lecture : 6 minutes

    mail Découvrez Le Push du Veilleur, la newsletter thématique gratuite d'Archimag dédiée aux professionnels de la veille et de la documentation !

    Le veilleur serait-il boudé par les organisations ? Revêtant une importance capitale dans toute démarche d’intelligence collective, cette fonction est, encore aujourd’hui, assez peu répandue. D’ailleurs, lorsqu’une structure dispose d’une cellule de veille, celle-ci n’est composée que de 1 à 3 collaborateurs dans 72 % des cas, et de plus de 7 dans seulement 15 % des organisations.

    Si les veilleurs ont tendance à être plus nombreux dans les structures de plus de 250 employés, une légère différence se fait également ressentir entre les sphères publique et privée : 75 % des organismes publics ne comptent qu’1 à 3 veilleurs, un taux qui baisse à 62 % dans les entreprises privées.

    enlightenedLire aussi : Quel logiciel de veille choisir ? (avec tableau comparatif)

    A chaque activité sa veille spécifique

    Quel que soit le secteur d’activité, la veille vise avant tout à fournir des informations spécifiques à ceux qui en font la demande. En la matière, la veille informationnelle est celle qui a le plus de succès, ayant été mise en place par 87 % des organisations. Loin derrière, suivent les veilles sectorielle (44 %), technologique, juridique et réglementaire (40 %) et concurrentielle (33 %).

    Si la recherche d’informations liées à l’actualité reste la priorité pour de nombreuses organisations, des disparités se font ressentir en fonction du nombre de collaborateurs. Ainsi, la moitié des organisations de plus de 250 salariés sont plus friandes de données relatives à leur secteur et à la concurrence, tandis que les moyennes et petites structures privilégient avant tout la réglementation (47 %).

    De même, 1 organisation publique sur 2 a mis en place une veille juridique, alors que 61 % des entreprises privées se penchent avant tout sur la concurrence, et une petite minorité d’entre elles s’intéresse particulièrement aux veilles scientifique et événementielle, ou à la gestion des risques (crise, cybersécurité, etc.).

    enlightenedLire aussi : Tout ce qu'il faut savoir sur la veille quand on lance son projet + les outils gratuits pour débuter

    Plus d’outils gratuits dans le secteur public et les TPE-PME

    À l’instar du type d’informations recherchées, les outils utilisés par les veilleurs varient d’une organisation à l’autre. Le secteur public se tourne davantage vers le gratuit, 64 % des structures étant équipées de flux RSS, de Google Alertes ou des agrégateurs de presse. Dans le privé, même si les outils....
    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !
    Archimag-347-fraude-documentaire
    Le fléau de la fraude documentaire ne faiblit pas. De l’utilisation de faux documents — parfois pour en obtenir de vrais — à l’usurpation d’identité : ici encore l’imagination est sans limites ! Pour les victimes, la note s’élève à des centaines de millions d’euros, voire des milliards d’euros. Secteur public et secteur privé sont touchés. Un avocat s’exprime sur les faits et les conséquences. Côté ministériel, notamment, la lutte antifraude agit. Le management et les outils de l’identité numérique apportent des réponses, comme aussi les solutions de connaissance du client (know your customer, KYC).
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous
    À lire sur Archimag
    Le chiffre du jour
    dont 290 numéros en accès libre, soit 20 000 pages d'articles... Archimag met à jour sa collection en ligne ! Le magazine de référence des professionnels du management de l'information complète la numérisation de ses anciens numéros jusqu'en décembre 2020 et permet désormais aux internautes de consulter gratuitement ceux couvrant la période de sa création, en juin 1985, jusqu'en décembre 2015.
    Publicité

    Veille 2020.PNG