Publicité

Les archives de la Préfecture de police déménagent

Le service de l’identité judiciaire, sous les combles du 36, quai des Orfèvres, fin XIXe siècle Service des archives et du musée de la Préfecture de police

 

Les fonds de la célèbre PP quittent le Quartier latin pour rejoindre de nouveaux locaux sécurisés au Pré Saint-Gervais.

Les chercheurs, les historiens et les journalistes devront changer leurs habitudes. Les archives de la Préfecture de police quitteront définitivement le Quartier latin le 13 septembre prochain pour emménager dans de nouveaux locaux au Pré Saint-Gervais (Seine Saint-Denis). Les fonds de la Préfecture de police (PP) étaient entreposés depuis 1974 au sein du commissariat du 5ème arrondissement, près de la place Maubert-Mutualité. Au total, les archives de la PP étaient dispersées sur six sites différents. 

Les nouveaux locaux répondront aux normes édictées par le Service Interministériel des Archives de France et seront particulièrement sécurisés grâce à une liaison en temps réel avec les salles de commandement situées à proximité. Les conditions de consultation seront également améliorées avec un espace agrandi par rapport à l'emplacement actuel.

Les archives de la Préfecture de police abritent des documents particulièrement intéressants pour les chercheurs : compte-rendus de manifestations et de meetings, correspondance, rapports de police sur les grandes affaires politiques et criminelles, registres d'écrou... Chaque année, 3 500 personnes en provenance du monde entier (Japon, Etats-Unis, Chine, Inde, Israël...) viennent consulter ce fonds.

Selon Jean-Marc Gentil, directeur du Service de la mémoire et des affaires culturelles de la Préfecture de police (SMAC), les archives les plus consultées couvrent les périodes de "l'occupation allemande et les brigades spéciales, la guerre d'Algérie et tous les mouvements idéologiques des années 60 et 70". Les documents sont consultables après un délai de 50 ans pour les archives administratives et 75 ans pour les proécédures judiciaires. "Mais, contrairement à sa réputation, la Préfecture de police est une institution très transparente : 99,9 % des demandes de dérogations obtiennent une réponse favorable" précise Jean-Marc Gentil.

 

Retrouvez le reportage d'Archimag consacré à la mémoire de la police.

Formulaire de recherche

Le chiffre du jour

C'est le record du monde de dominos de livres que la bibliothèque Simone-de-Beauvoir de Rouen vient (presque de réussir). Peu satisfaite par ce résultat, l'équipe souhaite retenter l'exploît, en off cette fois-ci.

Nous suivre

Newsletter

Offres d'emploi

Le Mag

Tout Archimag, à partir de 9,50 €
tous les mois.