Publicité

L'intelligence artificielle risque-t-elle de rendre les enfants malpolis ?

  • sad_robot.jpg

    Un robot semble triste
    Les intelligences artificielles domotiques ne réclament aucune formule de politesse (illustration capture Youtube)
  • « Google, pourriez-vous me dire s'il vous plaît comment me rendre à telle adresse, merci ! » : jamais requête n'est formulée ainsi dans les moteurs de recherche.

    Les intelligences artificielles domestiques font tout ce qu'on leur demande sans exiger de formule de politesse. Les consignes données à Ok Google, Siri ou Cortana fonctionnent mieux à l'impératif et réduites à l'essentiel.

    Alexa est le nom de l'interface vocale de la solution domotique d'Amazon Echo. Le magazine basé aux États-Unis Quartz donnait ce mois-ci la parole aux parents qui craignent qu'elle ne rende leurs enfants malpolis.

    Surtout pas « s'il vous plaît »

    Que ce soit pour allumer les lumières d'une pièce ou retrouver le nom d'un personnage de dessins animés, les utilisateurs d'Alexa s'adressent à l'intelligence artificielle à haute voix.

    La courtoisie n'est pas requise. Alexa est un robot qui n'a pas été programmé pour s'offusquer de demandes directes. Avi Greengart, analyste technologique et père de cinq enfants, s'inquiète : « L'une de nos responsabilités en tant que parents est d'enseigner les bonnes manières à nos enfants. »

    « [Alexa], poursuit-il, est un objet à qui l'on s'adresse comme si il s'agissait d'une personne qui n'a pas besoin des bonnes manières [pour s'exécuter] ».

    Générateur d'agressivité

    Pour que l'intelligence artificielle domotique fonctionne le mieux possible, il faut à tout prix éviter la politesse. Les formules de courtoisie ou l'usage du conditionnel perturbent le fonctionnement de la reconnaissance vocale.

    Les plus jeunes le comprennent rapidement et s'adaptent. Par ailleurs, ils peuvent avoir du mal à articuler et donc à se faire comprendre. Par pallier ces difficultés, ils tendent naturellement à se répéter et à hausser la voix. Voire le ton.

    Pas le seul facteur

    Hunter Walk, investisseur en nouvelles technologies, explique que sa fille « doit parler plus fort, ce qui lui donne involontairement un ton plus agressif lorsqu'elle exige quelque chose [d'Alexa] ».

    Dans un post de blog, Hunter Walk s'inquiète que l'usage d'Alexa ne « transforme [sa] fille en une connasse rageuse ».

    « Pour ce que ça vaut, pondère l'une des amies du père, sa fille est l'une des filles les plus gentilles que vous ayez jamais rencontrées ».

    Des usages répandus

    Bien qu'Amazon se défende d'avoir conçu Alexa à destination des enfants, cette intelligence artificielle est particulièrement adaptée pour eux : son utilisation ne requiert aucun apprentissage de gestes ou de termes complexes.

    Son fonctionnement pourrait se répandre rapidement. Non seulement Google Home s'en inspire très largement, mais Apple est très probablement en train de développer une solution similaire basée sur Siri. 

    Si les enfants n'ont pas toujours accès aux assistants personnels des smartphones de leurs parents, la présence domestique d'Amazon Echo sur plusieurs supports permet d'y accéder sans chercher sa base physique, en commençant simplement une phrase par « Alexa ! ».

     

    Ce sujet vous intéresse? Retrouvez-en davantage dans le magazine Archimag !

    Au sommaire

    - Enquête 2016 : la gouvernance de l’information, un impératif pour les organisations
    - Où en est le PNB ?
    - Case management : de la souplesse dans les process​​
    - Architecture de l'information et compétences

    DOSSIER L'intelligence artificielle : croquez dedans !​

    L’intelligence artificielle est là. Elle apparaît aujourd’hui dans de nombreuses applications de notre vie professionnelle. Capable d’apprendre et de travailler sur des masses considérables de données, elle n’est qu’au début des avancées qu’elle permet.

    Et aussi :
    - L’ECM passe au big data
    - Réussir le marketing de son service en 5 étapes
    - Kentika automatise la veille presse de la Ville de Lyon
    - L’université catholique de Louvain se convertit​ au learning center
    - Les plateformes collaboratives : enjeux juridiques​
    - Favoris : correcteurs orthographiques​​
    - Les vies multiples d’Odile Contat
    - François-Bernard Huyghe : « Le numérique a démocratisé la désinformation »
    - L’innovation en mode « ouverture »
    + Archimag store et Archi...kitsch

    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous

    À lire sur Archimag

    Le chiffre du jour

    91
    des start-up déclarent collecter des données personnelles. Pourtant, selon l'étude réalisée par Mailjet en décembre 2017 et janvier 2018, seuls les deux-tiers d'entre elles indiquent les protéger correctement.

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.