Publicité

Open access : Lancement de cOAlition S, une alliance européenne pour le libre accès à la recherche publique

  • openaccess_boycott.jpg

    open-access
    COAlition S est né sous l'impulsion des 11 organismes participants, de Marc Schiltz, président de Science Europe, et de Robert-Jan Smits, correspondant de la Commission européenne. (biblioteekje via VisualHunt / CC BY-NC-SA)
  • Cette coallition européenne pour l'open access à la recherche publique s'ajoute au Plan national pour la science ouverte, annoncé par le gouvernement français en juillet dernier. 

    D'ici 2020, les articles scientifiques basés sur les résultats d'une recherche financée par des fonds publics (fournis par des conseils ou agences de recherche nationales ou européennes) devront être publiées dans des revues ou des plateformes en accès ouvert. C'est l'objectif premier de cOAlition S, une alliance entre 11 financeurs de la recherche publique annoncée le 4 septembre dernier. Cette alliance, qui vise à s'étendre avec le temps, prévoit neuf autres objectifs rassemblés dans un plan baptisé Plan S.

    Qu'est ce que le Plan S ?

    Parmi les 10 mesures du Plan S, il est notamment spécifié que les auteurs conserveront les droits d'auteur de leur publication sans restriction mais que toutes les publications devront être publiées sous licence ouverte, de préférence Creative commons avec licence d'attribution (CC BY). Il sera également demandé aux universités, aux organismes de recherche et aux bibliothèques d'aligner leurs politiques et stratégies. De plus, tout modèle de publication "hybride" ne sera pas considéré comme "conforme" aux principes de cOAlitionS.

    Les ouvrages scientifiques non concernés par le Plan S

    Le Plan S prévoit aussi que les financeurs participeront à la création d'un support adéquat dans le cas où aucune revue ou plateforme en accès ouvert n'existerait dans le domaine de recherche concerné. Ces mêmes financeurs ou les universités devront aussi s'engager à couvrir les frais de publication qui seraient appliqués par une revue en accès ouvert. A noter que les monographies et les ouvrages de recherche ne sont pour le moment pas concernés par la date butoir du 1er janvier 2020, mais soumis à un délai plus long, non précisé pour le moment. Pour découvrir l'ensemble des 10 mesures du Plan S, cliquez-ici.

    Une coallition qui vise à grandir

    Cette coalition mettra en oeuvre les 10 principes du Plan S de manière coordonnée, en collaboration avec la Commission européenne, y compris le Conseil européen de la Recherche (CER). D'autres bailleurs de fonds de la recherche du monde entier, publics et privés, sont invités à rejoindre l'initiative.

    En France, un Plan national pour la science ouverte

    Côté français, rappelons qu'un Plan national pour la science ouverte a été annoncé par Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation le 4 juillet 2018. Ce plan national, qui rend obligatoire l'accès ouvert pour les publications et pour les données issues de recherches financées sur fonds publics comporte 3 axes :

    • La généralisation de l'accès ouvert aux publications ; un fonds pour la science ouverte doit être créé et l'archive ouverte nationale Hal soutenue ;
    • La structuration et l'ouverture des données de la recherche ; une politique de données ouvertes doit être promue ; la fonction d'administrateur des données sera créé ;
    • L'inscription dans une dynamique durable, européenne et internationale ; la France entend contribuer activement à la structuration européenne au sein de l'European Open Science Cloud et participer à Go Fair (initiative internationale visant à construire un environnement international de recherche enrichi par les données).

    Ce sujet vous intéresse? Retrouvez-en davantage dans le magazine Archimag !

    Au sommaire

    - Transition bibliographique : la revanche des données ?
    - Archives sinistrées : les gestes qui sauvent
    - RSE : apprendre de ses erreurs​
    - L’enseignement de la veille : une mosaïque propre au Québec

    DOSSIER Information professionnelle : je t'aime, moi non plus​

    Information électronique professionnelle : il y a ceux qui en vivent et ceux qui la font vivre ! Entendez les éditeurs, agrégateurs et agences d’abonnement, d’un côté, et les scientifiques, chercheurs et bibliothèques universitaires, de l’autre...

    Et aussi :
    - Dématérialiser les bulletins de salaire
    - Logiciels pour bibliothèques : un chiffre d’affaires en baisse de 5 %
    - Veiller en 1 heure : mission impossible ?
    - Droit : qui est auteur ?​
    - Favoris : extensions Gmail​
    - Sergent-chef Florent, documentaliste aéronautique en « opex »​​
    - Aude Gobet : « cette documentation est le seul endroit où les mondes du musée, de l’université et du marché de l’art se croisent quotidiennement »
    + Archimag store et Archi...kitsch

    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous

    À lire sur Archimag

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.

    Le chiffre du jour

    34 milliards de dollars c'est la somme dépensée par la société IBM pour devenir numéro un sur le marché du cloud computing.

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    Ex Libris banner_0.jpg

    banniere GP52 web.png

    Nouveaux membres