Publicité

Baromètre 2016 de l'e-administration : les Français de plus en plus séduits

  • e administration barometre 2016.png

    88 % des Français se disent prêts à utiliser les services de l'e-administration (gouvernement.fr)
  • Selon une étude menée en France et en Europe, les citoyens se convertissent progressivement aux services en ligne mais regrettent le retard pris dans les domaines de la justice et de la police.

    A l'heure où l'administration électronique se séveloppe en France comme en Europe, un sondage réalisé par l'institut Ipsos pour le compte de la société Sopra Steria apporte un nouvel éclairage sur la façon dont les Européens perçoivent ces nouveaux services numériques. 
    En France, l'e-administration a le vente en poupe : 88 % des personnes interrogées se déclarent prêtes à utiliser les services en ligne proposés par l'administration. Et 70 % d'entre elles estiment "avancé" le développement des services publics numériques.
    Ces scores très élevés sont à rapprocher de la très forte demande d'un guichet unique en ligne pour des services numériques personnalisés : plébiscité par 85 % des Français, ce guichet unique l'est encore plus par les Norvégiens (87 %). Ce taux est cependant moins élevé en Allemagne (77 %) et au Royaume-Uni (76 %).

    Peut mieux faire pour la justice et la police

    La conversion des Français à l'administration électronique ne se dément pas selon les auteurs de l'étude : "il est intéressant de mesurer l'évolution de la perception des Français par rapport au baromètre 2015. 59 % jugeaient alors avancé le développement du numérique de l'Etat et de l'administration. En 2016, ce chiffre est de 70 % soit une progression de 11 points". 

    Figure de proue de l'e-administration, la déclaration des revenus en ligne est jugée avancée en France et en Norvège (86 % et 89 %) loin devant l'Allemagne et le Royaume-Uni (65 % et 59 %). En revanche, dans ces quatre pays, l'état-civil et la santé appraissent comme des chantiers à développer prioritairement (40 % et 32% en France). 

    En queue de peloton, les services en ligne dédiés à la justice et à la police doivent faire leur révolution numérique en France mais aussi en Allemagne. Seulement 29 % des Français estiment qu'ils sont suffisamment développés en France et 32 % des Allemands ont un sentiment similaire dans leur propre pays. 

    De la confiance et une demande d'accompagnement

    Lors d'études similaires réalisées les années précédentes, les personnes interrogées ont pris l'habitude d'exprimer leur inquiétude face au respect de la confidentialité de leurs données personnelles. Celle-ci apporte un contre-point notable : 65 % des Français ont désormais confiance dans la capacité des pouvoirs publics à assurer la sécurité et la confidentialité de leurs données. A la question "craignez-vous que quelqu'un d'autre que vous n'accède aux données renseignées ?", ils sont 42 % répondre "oui" en 2016 ; ils étaient 52 % en 2015.

    Soucieux de l'accompagnement au changement, les Français sont tout de même près d'un tiers à souhaiter un service client en appui pour les aider en cas de problème.

    Le baromètre Digital Gouv pan-européen a été réalisé au mois de septembre 2016 dans quatre pays (France, Allemagne, Norvège et Royaume-Uni) par l'institut Ipsos pour le compte de la société Sopra Steria. Près de 4 000 personnes ont été interrogées soit environ 1 000 personnes dans chacun de ces pays.

    À lire sur Archimag

    Le chiffre du jour

    44
    C'est le pourcentage d'hommes français qui se sont rendus sur un réseau social au cours des trois derniers mois. Il s'agit du plus bas taux en Europe !

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.