Publicité

Signaler les contenus choquants sur internet et les réseaux sociaux : la marche à suivre

  • accident.jpg

    Photo d'un accident ayant eu lieu en 2008 dans les rues de San Francisco. (Flickr/Pargon)
  • Régulièrement, et particulièrement depuis les attentats qui ont frappé Paris le 13 novembre dernier, des images et des propos illicites circulent sur le web et les réseaux sociaux. Voici comment vous protéger au mieux contre ces publications choquantes et indésirables.

    "J'espérais y échapper, mais non, la photo des corps au Bataclan m'a sauté à la figure sur Facebook. Merci ex-ami de me l'avoir imposée". Nombreuses ont été les réactions des internautes, comme ce message posté le 16 novembre sur Twitter par @NathL, s'indignant de la publication d'une photo prise à l'intérieur de la salle de concert peu après l'attentat du vendredi 13 novembre. Cette photo virale est apparue sur Twitter ce dimanche et a mis près de 8 heures à être purgée des différents réseaux sociaux, sur lesquels elle a été partagée par des milliers d'internautes indélicats. 

    Les contenus choquants peuvent être de toute nature : appel à la haine raciale ou au terrorisme, incitations à la violence ou au suicide, crimes ou délits contre des personnes, contenus pornographiques, violents ou contraires à la dignité humaine accessibles aux mineurs, etc. Ils doivent être signalés pour que les sites internet et les réseaux sociaux les suppriment ensuite. Voici comment faire, selon les différentes plateformes concernées :

    Sites internet

    Le site internet-signalement.gouv.fr a été mis à disposition des citoyens par le gouvernement pour signaler les contenus illicites publiés sur internet. Via un formulaire, il est possible de spécifier le type de contenu mis en cause, de préciser quand et où ils ont été constatés et aussi de les décrire. Si ces contenus sont jugés illégaux par le service, une demande de suppression de ces contenus sera adressée au site qui les a publiés.

    ​S'il s'agit de sites d'information : sachez qu'ils sont soumis au droit de la presse et sont donc autorisés à publier des images participant à la couverture d'une actualité. Celles-ci ne doivent pas néanmoins porter atteinte à la dignité des personnes.

    Facebook

    Interdiction de l'incitation à la haine, des menaces et de la violence gratuite.

    Le réseau social dispose d'un outil permettant de détecter automatiquement certaines images choquantes avant même leur signalement, mais celui-ci n'est pas infaillible (et parfois trop sévère). Difficile en effet de placer parfois le curseur du droit à l'information. Sachez également qu'une photographie choquante qui n'enfreindrait ni la loi ni les règles de Facebook peut être signalée comme contenu "sensible" et que le réseau social l'interdira peut être alors aux moins de 18 ans. Notez également que les propos diffamatoires sont également proscrits, comme sur le reste du web et dans la "vraie" vie. Des condamnations récentes ont été prononcées récemment en ce sens.

    • Si une photo ou une vidéo, postée par un autre membre du réseau social vous a choqué, il vous suffit de cliquer sur "option", puis "signaler la photo". 
    • S'il s'agit de commentaires, cliquez sur la croix à sa droite puis sur "signaler".
    • S'il s'agit d'un statut, une icône en haut à droite vous permettra de cliquer sur "je n'aime pas cette publication" puis d'en préciser la raison dans un formulaire.

    Twitter 

    Interdiction de la violence ciblée, des menaces et de certains contenus choquants (s'ils sont dirigés vers une personne ou une entité spécifique). Notez qu'un compte ne risque la suspension définitive que s'il enfreint à plusieurs reprises les règles de Twitter. 

    • Via le tweet mis en cause : en bas à droite du tweet, cliquez sur l'icône représentant trois petits points puis sur "bloquer ou signaler".
    • Via un formulaire : celui-ci permet de dénoncer le harcèlement ou les comportements injurieux.

    Youtube

    Interdiction des menaces et incitation à la haine, des "vidéos choquantes d'accidents, de cadavres ou autres, censées choquer ou dégoûter" ainsi que les documents d'actualité violents qui ne seraient pas contextualisés (publiés uniquement dans le but de choquer, de faire du sensationnel ou d'être irrespectueux). 

    • Ces contenus peuvent être signalés en cliquant sur l'icône "plus", en bas à droite, puis sur "signaler".

    Dailymotion

    Interdiction des contenus incitant à la haine raciale, à la violence ou à l'atteinte à la dignité humaine.

    • Ces contenus peuvent être signalés via un formulaire accessible en bas à droite des vidéos, sous l'icône représentant un drapeau.

    Il faut savoir que la plupart des réseaux sociaux ne pratiquent pas de modération au moment de la mise en ligne de contenus, mais les suppriment à posteriori, après le ou les signalements des internautes. Ces plateformes affirment respecter leurs propres règles en la matière, mais s'adaptent également à la loi et aux requêtes spécifiques des autorités de chaque pays. C'est pourquoi un contenu peut, par exemple devenir inaccessible en France, mais le rester à l'étranger.

     

     

     

    À lire sur Archimag

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.

    Le chiffre du jour

    C'est le nombre de personnes que le gouvernement souhaite former au numérique dans les prochaines années.

    Recevez l'essentiel de l'actu !