Article réservé aux abonnés Archimag.com

Pour des annuaires dans les normes

  • 306 3_5 Annuaire.jpg

    Annuaires : le protocole LDAP est aujourd'hui le vrai standard adopté par tous les éditeurs. (DR)
  • Sorte de base de données, les annuaires permettent de retrouver facilement des personnes ou des ressources tout en offrant des services de sécurité, de recherche, de classement et d'organisation des données. Mais quelles sont leur spécificités et les normes qui les encadrent ? 

    Le saviez-vous ? Nos bons vieux annuaires téléphoniques PagesBlanches ne seront plus imprimés au format papier à partir de l'an prochain. En cause, la loi "croissance et activité" du 6 août 2015, aussi appelée Loi Macron, qui a acté un changement des usages lié à l'évolution des technologies observé par le groupe Solocal, qui l'édite.

    Mais loin de nos traditionnels bottins, d'autres annuaires ne risquent pas de disparaître : ce sont ceux...

    ...du monde numérique. Leur but est à peu de choses près le même qu'un annuaire papier, mais ils offrent bien plus de possibilités.

    Selon Wikipedia, "dans le monde informatique, un annuaire est un système de stockage de données, dérivé des bases de données hiérarchisées, permettant en particulier de conserver les données pérennes, c'est à dire les données n'étant que peu mises à jour (historiquement, sur une base annuelle, d'où le nom), comme les coordonnées des personnes, des partenaires, des clients et des fournisseurs d'une entreprise, les adresses électroniques".

    En plus de constituer des carnets d'adresse, ils permettent, entre autres, d'authentifier des utilisateurs (grâce à un mot de passe) ou encore de leur définir des droits. Surtout, tout annuaire électronique doit disposer de caractéristiques spécifiques telles qu'un stockage hiérarchique optimisé des données, un protocole réseau léger, ou encore des outils de recherche.

    Plus souvent consultés que mis à jour, ils doivent pouvoir être répartis sur différents serveurs capables de communiquer entre eux et donc de partager l'information. C'est un méta-annuaire qui s'assure alors de la synchronisation.

    Normalisation 

    Normaliser les annuaires s'est avéré nécessaire à la fin des années 80, suite au développement de la norme de messagerie électronique X.400 par l'Union internationale des télécommunications (UIT) (anciennement appelé CCITT pour Comité consultatif international téléphonique et télégraphique). En effet, les services d'annuaires nécessaires à cette norme de messagerie n'ayant pas été définis, chaque éditeur de logiciels utilisant la norme X.400 développait alors sa propre solution d'annuaire.

    Un partenariat entre l'Iso et l'UIT a donc donné naissance en janvier 1991 à la norme X.500, aussi appelée Iso/CEI 9594 : celle-ci établit que les annuaires doivent pouvoir s'interconnecter, être extensibles et réplicables sur plusieurs serveurs. Jugée trop complexe à mettre en oeuvre et éloignée des besoins et des réalités de terrain, cette norme s'est rapidement montrée défaillante et seule la partie sur l'authentification (X.509) est encore utilisée aujourd'hui.

    Le protocole LDAP (lightweight directory access protocol), beaucoup moins complexe que le modèle X.500, mais qui le respecte généralement, est aujourd'hui le vrai standard adopté par tous les éditeurs. Créé en 1993, il définit une interface normalisée qui permet d'accéder de façon unique (standard ouvert) aux différents services d'un annuaire : peu importe la façon dont l'annuaire fonctionne ni comment y sont stockées les données, LDAP ne concerne que l'interface avec cet annuaire.

    Il inclut un modèle de données, un modèle de nommage, un modèle fonctionnel basé sur le protocole LDAP, un modèle de sécurité et un modèle de réplication​. Le nommage des éléments (attribut = valeur) constitue la structure en arborescence de ce protocole.

    Enfin, la norme UDDI (universal description discovery and integration) a été créée en octobre 2000 par l'Oasis (Organization for the advancement of structured information standards), un consortium mondial dédié à la standardisation de formats de fichiers ouverts et qui rassemble notamment de grands acteurs de l'informatique tels que Microsoft, Ariba, ou encore IBM.

    Utilisée pour le commerce électronique, elle est dédiée à la localisation de services web sur un réseau.

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !

    À malin, malin et demi ? Aujourd’hui, la fraude documentaire peut se cacher partout : papiers d’identité, factures, diplômes, etc. Autant de documents où l’on a du mal à distinguer le vrai du faux. Jusqu’à ce que justement, les spécialistes du document s’en mêlent et mettent leurs technologies à disposition pour permettre des vérifications et lutter contre la fraude.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous

    À lire sur Archimag

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.

    Le chiffre du jour

    C'est le nombre de personnes que le gouvernement souhaite former au numérique dans les prochaines années.

    Recevez l'essentiel de l'actu !