Quand la réalité virtuelle reconstitue le patrimoine

Le 04/08/2017 - Par Bruno Texier
Sur le Pont d'Avignon reconstitué en réalité virtuelle (Art Graphique & Patrimoine)

En plein essor, la réalité virtuelle s'invite dans les musées et dans le domaine patrimonial. De plus en plus d'institutions culturelles se convertissent à cette technologie immersive bluffante.

Pour les touristes qui visitent Avignon, le célèbre pont n'offre plus que des vestiges. Sur les vingt-deux arches qui furent construites entre 1177 et 1185, il n'en reste aujourd'hui que quatre. Mais grâce à la modélisation 3D, l'intégralité de l'ouvrage a pu être reconstituée.

« Nous avons fait appel à des gravures et à des dessins pour parvenir à cette reconstitution en 3D, explique Chiara Cristarella Orestano chargée de communication du développement au sein de la société Art Graphique et Patrimoine ; ces archives ont permis à nos équipes de créer une reconstitution numérique du Pont Saint-Bénézet, le vrai nom du pont d'Avignon ».

Résultat : l'utilisateur muni d'un casque de réalité virtuelle est plongé... 

...dans une immersion visuelle et sonore bluffante. Il peut marcher sur le pont, profiter du paysage à 360 °, écouter des commentaires et même entendre les clapotis du Rhône... 

À ce jour, cette application de réalité virtuelle n'est pas encore mise à disposition du public, mais elle figure comme candidate à l'appel à projet Tourisme Innov lancé par la région Paca.

La réalité virtuelle (ou VR, virtual reality) est aujourd'hui en plein essor. La première édition du salon Virtuality qui s'est tenue au mois de février dernier à Paris a rassemblé plus d'une centaine d'exposants et des milliers de visiteurs.

Rappelons que la réalité virtuelle est « une technologie informatique qui simule la présence physique d'un utilisateur dans un environnement artificiellement généré par des logiciels. Elle reproduit donc artificiellement une expérience sensorielle, qui peut inclure la vue, le toucher, l'ouïe et l'odorat » (Wikipedia).

Mieux : elle permet à l'utilisateur d'interagir avec cet environnement et se téléporter en plusieurs lieux. Elle ne doit pas être confondue avec la réalité augmentée dont le principe repose sur une superposition d'éléments numériques sur un environnement réel.

Technologie disruptive 


Crédits: Les possibilités de la réalité virtuelle dans les musées (Art Graphique & Patrimoine)

Selon certains observateurs, la réalité virtuelle pourrait devenir une technologie disruptive à l'image de ce que furent au XXe siècle la radio, la télévision et l'informatique : « Tous ces outils aujourd'hui ancrés de façon banale dans notre quotidien ont eu besoin de temps pour se développer, pour conquérir leurs marchés et pour devenir indispensables.

Certains prédisent un effet gadget pour la VR. Nous pensons le contraire », explique Olivier Godest le fondateur du salon Virtuality.

L'avenir pourrait bien lui donner raison. Il suffit de constater le nombre d'applications et de métiers qui font désormais appel à la réalité virtuelle : le jeu vidéo bien entendu qui fut l'un des premiers à l'utiliser, mais aussi la médecine, l'architecture, l'ingénierie militaire, la formation, la maintenance... Quant au patrimoine, il se prête parfaitement bien aux expériences immersives. 

À Londres, le vénérable British Museum propose aux visiteurs de revenir à l'âge de bronze ! Ce voyage dans le passé (de - 3 000 à - 1 000 avant J.-C.) se fait à l'aide d'un casque qui plonge les utilisateurs dans des habitations reconstituées. De nombreux objets de la vie quotidienne ont été numérisés ; les visiteurs peuvent par exemple « essayer » un bracelet en bronze.

Qualité de la documentation


Crédits: Le cabinet Charles V tel qu'il était au XIVe siècle (Art Graphique & Patrimoine)

En France, le Cabinet de Charles V (Château de Vincennes) peut désormais se visiter tel qu'il était au XIV​e siècle. Une application permet de visualiser la salle aujourd'hui et sa reconstitution avec ses ornements, son feu de bois et sa bibliothèque jadis. « C'est l'une de nos premières réalisations, souligne Chiara Cristarella Orestano ; elle offre un volet pédagogique intéressant en proposant de comparer le même site à deux époques différentes ».

Créée en 1994, la société Art Graphique et Patrimoine propose une série de prestations préalables à la réalité virtuelle : numérisation, modélisation en 3D, relevés archéologiques laser, photogrammétrie...

Son équipe est constituée d'archéologues, d'infographistes, d'ingénieurs, de tailleurs de pierres et de spécialistes de la médiation culturelle. « Tous ont un double profil pour être en mesure de connaître le patrimoine et les technologies numériques ». À l'occasion de certains chantiers, des architectes et développeurs viennent étoffer les effectifs.

À ce jour, les métiers de l'information-documentation ne sont guère impliqués dans les projets en cours. En revanche, le fruit de leur travail est souvent mis à contribution, notamment les archives qui permettent de documenter les reconstitutions. « La qualité de la documentation est très importante pour parvenir au meilleur niveau de reconstitution possible », explique Chiara Cristarella Orestano.

Archives photographiques


Crédits: L'intérieur de la Villa Cavrois reconstitué grâce à la réalité virtuelle (Art Graphique & Patrimoine)

La somptueuse Villa Cavrois (Nord) a, elle aussi, fait l'objet d'un chantier de numérisation pour la rendre accessible via une application. Résultat : muni d'une tablette, l'utilisateur peut déambuler dans les différentes pièces du célèbre bâtiment conçu par l'architecte Robert Mallet-Stevens entre 1929 et 1932.

Des archives photographiques ont permis de reconstituer en 3D le mobilier de l'époque aujourd'hui disparu. Là aussi, il est possible de voyager dans le temps grâce à une frise chronologique interactive.

Les perspectives de la réalité virtuelle appliquée au patrimoine semblent illimitées. Les sites naturels ou culturels qui, pour des raisons de conservation, ne peuvent être ouverts aux visiteurs peuvent ainsi trouver un nouveau public.

Songeons aussi aux réserves des musées qui pourraient trouver une nouvelle visibilité alors qu'elles sont aujourd'hui confinées dans des bâtiments aveugles... 

À lire sur Archimag