Édouard Bouyé : "les archivistes ne sont pas des agents de décheterie..."

Le 23/08/2017 - Par Bruno Texier
"J’ai souhaité partager mon enthousiasme pour le métier d'archiviste" Edouard Bouyé / Jérémy Joux, Archives départementales de la Côte-d'Or, 2015

Edouard Bouyé est archiviste paléographe et conservateur général du patrimoine. Il dirige les archives départementales de la Côte-d’Or depuis 2013. Il est également l’auteur de L’archiviste dans la cité (un ver luisant), un essai publié par les Editions Universitaires de Dijon.

Votre ouvrage porte un drôle de sous-titre : "un ver luisant". Pourquoi avoir choisi cet insecte coléoptère pour parler des archivistes ?

Ce sous-titre m’est venu en lisant un roman peu connu d’Honoré de Balzac Ferragus. J’ai trouvé cette expression « ver luisant » très originale. Le métier d’archiviste est toujours victime de son lot de métaphores peu flatteuses à l’image des rats de bibliothèques… Le ver luisant est un insecte qui travaille dans l’ombre, mais qui brille de temps en temps quand on a besoin de lui.

Il est vrai que le métier d’archiviste est souvent caché. L’un des objectifs de ce livre est de répondre à une question que j’entends souvent : « Mais qu’est-ce que les archivistes font exactement ? » Dans un premier temps, j’avais même l’intention de... 

À malin, malin et demi ? Aujourd’hui, la fraude documentaire peut se cacher partout : papiers d’identité, factures, diplômes, etc. Autant de documents où l’on a du mal à distinguer le vrai du faux. Jusqu’à ce que justement, les spécialistes du document s’en mêlent et mettent leurs technologies à disposition pour permettre des vérifications et lutter contre la fraude.
  ou  Abonnez-vous

À lire sur Archimag