Publicité

Open source : lancement de Software Heritage, la plus grande bibliothèque de codes source de la planète

  • tourbillon-livres.jpg

    bibliotheque-tourbillon-livres
    Selon l'Inria, "Software Heritage s’appuiera sur une infrastructure distribuée, de manière à garantir la robustesse et la disponibilité" (Visual hunt)
  • La plateforme, qui vise la préservation, le développement et la diffusion de la connaissance encodée dans le logiciel, a déjà réussi à séduire l'éditeur Microsoft, partenaire du projet. 

    "C'est une sorte de Wikipedia du logiciel open source", annonce Antoine Petit, président de l'Inria (Institut national de recherche en numérique), lors de la présentation, le 30 juin dernier, de la plateforme Software Heritage. Ses 22,8 millions de projets logiciels collectés, ses 2,7 milliards de fichiers sources uniques archivés (avec tout l'historique de leur développement) font d'elle l'archive de codes source la plus riche de la planète. 

    La bibliothèque d'Alexandrie du logiciel open source

    La mission de ce projet, présenté comme une véritable "bibliothèque d'Alexandrie du logiciel open source" et sur lequel l'Inria déclare avoir "travaillé en catimini pendans un an et demi" est la suivante : collecter, organiser, préserver et rendre accessible le code source de tous les logiciels disponibles publiquement, faisant de Software Heritage un référentiel unique du code source et un puissant instrument de recherche pour l’informatique.

    "Nous avons décidé de lancer Software Heritage il y a plus d’un an, et nous avons montré sa faisabilité, poursuit Antoine Petit ; afin de le déployer à l’échelle mondiale, il est temps maintenant d’ouvrir le projet à la contribution la plus large, nationale et internationale". 

    Software Heritage bénéficiera bientôt de mises à jour en temps réel et ambitionne ainsi de devenir "le catalogue de code de référence pour tous les utilisateurs industriels, permettant ainsi aux développeurs de nouveaux logiciels de trouver, réutiliser, et archiver de nouveaux codes source". Il y a fort à parier qu'elle permettra de grandes avancées en matière de qualité, de sûreté, de fonctionnement et de sécurité des logiciels.

    Microsoft comme partenaire

    Certes, Software Heritage a déjà bénéficié du soutien de nombreux scientifiques, industriels, instituts de recherche, fondations, organisations indépendantes et institutionnelles. Mais l'Inria, qui s'est engagé à consacrer 500 000 euros de budget annuel sur trois ans, lance un appel mondial afin de trouver de nouveaux partenaires et contributeurs (collecte, contribution au développement, préservation, partage du contenu, etc). Côté éditeurs, Microsoft est le premier acteur international à avoir rejoint le projet et héberge gratuitement  gratuitement au sein de son cloud Azure une sauvegarde de secours (site miroir) de Software Heritage. 

    "L’information numérique est fragile, a déclaré Roberto Di Cosmo, le responsable du projet ; on peut perdre des logiciels comme en perd des données. On veut éviter tous ces problèmes en créant un dépôt comme pour les archives. Le but n’est pas juste de préserver la mémoire. Nous voulons aussi tracer le code en précisant quand il a été développé, par qui, comment et pourquoi. Car l’objectif est aussi d’utiliser cette plateforme comme outil d’apprentissage pour améliorer le développement du logiciel."

     

    Ce sujet vous intéresse? Retrouvez-en davantage dans le magazine Archimag !

    Au sommaire

    - Editeurs de veille : on s'était dit rendez-vous dans dix ans...
    - Conduite du changement et collaboration
    - Que Choisir : bibliothèque : découvrir son discovery tool
    - Gouvernance et politique d’archivage

    DOSSIER : L'open source, solution gagnante

    Chacun sait aujourd’hui, lorsque s’ouvre un projet d’informatisation ou de réinformatisation, qu’il a le choix entre des solutions propriétaires ou libres. Dans les faits, comment le match se déroule-t-il entre ces deux mondes ?

    Et aussi :
    - Beyer HealthCare : un portail en bonne santé
    - E-réputation : le droit à l’oubli sur internet
    - Favoris : les réducteurs d’URL
    - Valérie Massignon, recherchiste à l’oeil sensible
    - Sonia Combe : "Il faut toujours s’interroger sur l’origine d’une archive..."
    - Archimag store : applis, cadeaux, beaux livres, expos...
    - Archi... kitsch : dans les archives d’Archimag, octobre 1994

    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous

    À lire sur Archimag

    Le chiffre du jour

    44
    C'est le pourcentage d'hommes français qui se sont rendus sur un réseau social au cours des trois derniers mois. Il s'agit du plus bas taux en Europe !

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.