Publicité

Une artiste publie l'ensemble de ses recherches Google dans un livre et lance l'autobiographie numérique

  • livre_Albertine.jpg

    Albertine-Meunier
    "La somme de mon historique Google raconte en détail ma vie publique et intime, dans l’ordre chronologique, explique Albertine Meunier ; elle me caractérise de façon complète et précise." (DR)
  • Sans forcément la rendre publique, et grâce à l'outil en ligne partagé par Albertine Meunier, chacun de nous peut imiter sa démarche et se confronter à son autoportrait numérique, potentiellement dérangeant. 

    "medailke distinction france . axelle tessandier . confidentiality guaranteed . hacker citizen kickstarter . ancre html kickstarter" : voici les recherches effectuées par Albertine Meunier sur Google le 6 octobre dernier. Cela fait maintenant dix ans que cette artiste numérique dresse l'inventaire de toutes ses recherches sur internet et les publie sur son site web. Albertine les a même publiées dans un livre papier en 2011, My Google Search History (période de 2006 à 2011) et prépare actuellement le tome 2. Aucun intérêt, selon vous ? Pour qui n'y voit qu'une simple suite de données, sans doute. Mais vue à travers le prisme de l'art et de la poésie, la démarche peut interpeller. 

    Albertine-Meunier

    Saupoudrer la Data de Dada

    Albertine Meunier n'est pas son vrai nom, mais le pseudonyme de Catherine Ramus depuis 2004 (qui se faisait appeler auparavant Cathbleue). Bouillonnante de projets, elle enchaîne les oeuvres artistiques connectées à internet depuis une dizaine d'années et a même lancé un nouveau mouvement artistique en 2014, à Futur en Seine : le DataDada. Avec Julien Levesque, Albertine Meunier exprime ainsi son "opposition à la transformation de la Data comme un simple fait numérique". Dans le manifeste qu'ils ont co-écrit le 13 juin 2014, les deux artistes déclarent vouloir "enrober, saupoudrer, tapisser, coiffer et envelopper la Data" de l'influence du dadaïsme, le mouvement artistique du 20e siècle. 

    "Cette relation qui vous lie intimement à Google"

    Que l'on adhère ou pas à sa vision de l'art et du numérique, la publication par Albertine de l'ensemble de ses recherches Google ne laisse pas indifférent. Surtout si on s'intéresse (de près ou de loin) à la question de ses données personnelles, capturées quotidiennement sur internet. En "massifiant" ses datas dans un ouvrage, l'artiste a dressé une sorte d'autobiographie numérique qu'elle veut impertinente et dérangeante. Voici comment Albertine Meunier explique sa démarche : 

    • "Parce que la poésie de nos vies, c’est aussi des mots issus de nos recherche qui s’enchaînent sans fin et sans sens commun ;
    • Parce qu’il est temps d’être internet data impertinent, un peu dérangeant dans cette relation qui vous lie intimement à Google et qu’il souhaite garder personnelle – ouvrez vos données et vous le taquinerez !
    • Parce que les données ainsi deviennent palpables ;
    • Parce que le monde numérique qui nous entoure est vraiment fou et excessif ;
    • Enfin, parce que c’est une action terriblement efficace et inattendue à l’encontre de ce nouveau monde de données personnelles collectées par les grands acteurs de la big data, autrement dit les GAFA (Google-Apple-Facebook-Amazon auxquels ont pourrait rajouter IBM et Microsoft, par exemple)."

    Et vous ?

    Si la démarche d'Albertine Meunier vous a convaincus, vous pouvez soutenir son projet de Tome 2, qui couvre la période du 8 janvier 2011 au 20 septembre 2016, sur la page KickStarter dédiée. Et si vous souhaitez vous aussi regarder vos données de recherche Google en face, l'artiste a mis son logiciel d'extraction en accès libre sur internet vous permettant de les récupérer au format .txt et de les "lires confortablement, avec peut être de petites angoisses d'intimité blessée"...

    "La plupart des gens refusent de le faire, avait confié Albertine au Monde en 2014 ; ils ont peur de ce qu’ils vont découvrir sur eux-mêmes. On se retrouve face à un autoportrait très intime, potentiellement dérangeant". 

    Alors ? Allez-vous sauter le pas ?

    À lire sur Archimag

    Le chiffre du jour

    44
    C'est le pourcentage d'hommes français qui se sont rendus sur un réseau social au cours des trois derniers mois. Il s'agit du plus bas taux en Europe !

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.