Article réservé aux abonnés Archimag.com

Paroles de professeurs documentalistes : "nous ne sommes pas suffisamment nombreux par rapport aux besoins réels"

  • 3350672454_11366c1f1a_b.jpg

    Les élèves apprennent en pratiquant et il est important de capter leur attention en étant attractifs. (Carol / Visualhunt)
  • Les missions des professeurs documentalistes sont multiples et ont été renforcées par une circulaire publiée au mois de mars dernier. Mais les profs-doc demandent plus. Rencontre avec deux professionnelles.

    Les Centres de documentation et d'information (CDI) célébreront leur 45e anniversaire en 2018. Apparus sous cette forme grâce à une circulaire de 1973, les CDI font figure de lieu à part au sein des collèges et des lycées. Les élèves s'y rendent volontiers pour y lire, y travailler au calme et découvrir des ressources documentaires qu'ils ne trouvent pas chez eux.

    "Les CDI sont aussi des lieux d'enseignement, explique Aurélia Guyon coresponsable du Centre de documentation et d'information du lycée polyvalent Raphaël Elizé de Sablé-sur-Sarthe ; notre CDI est doté de trois salles de cours et nous sommes deux professeurs documentalistes à former les élèves à l'information-documentation afin de les rendre autonomes dans leurs recherches".

    En poste depuis neuf ans au sein de cet établissement qui compte 1 300 élèves inscrits dans des filières générales et professionnelles, Aurélia Guyon affiche un double cursus : maîtrise d'anglais et Capes de professeur documentaliste. Comme ses collègues profs-doc, son emploi du temps est organisé autour de... 

    ...trente heures effectuées au sein de l'établissement et de six heures à l'extérieur. "Mais les journées ne se ressemblent pas entre nos missions d'enseignement, de gestion des ressources et d'ouverture culturelle".  Jusqu'à 200 élèves par heure ! Toutes visites confondues, le CDI du lycée polyvalent Raphaël&nb....

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !

    Discrète la gestion de contenu ? Il est vrai que depuis quelque temps, on entend plus facilement parler de dématérialisation ou de transition digitale que d’ECM. Pourtant, les éditeurs du domaine sont loin d’avoir mis la clé sous la porte et semblent même bien se porter. D’autant que les métiers eux-mêmes en sont devenus adeptes. Signe que, face aux nouveaux besoins des entreprises et à la concurrence des technologies du cloud, la gestion de contenu a su évoluer pour rester indispensable.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous

    À lire sur Archimag

    Le chiffre du jour

    C'est le nombre de documents relatifs aux attentats du 13 novembre 2015 et mis en ligne sur le site des Archives municipales de Paris.

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.