Publicité

Syrie, Irak... : une course contre le temps pour numériser le patrimoine culturel

  • palmyre.png

    Le site de Palmyre (Syrie) saccagé par l'Etat islamique (YouTube)
  • Face à l'avancée de l'Etat islamique, des archéologues vont déployer 5 000 appareils photo 3D pour archiver un patrimoine en grand danger.

    Au mois d'août dernier, le site archéologique de Palmyre (Syrie) était en partie détruit par l'Etat islamique (EI). Le temple de Baalshamin puis celui de de Baal furent réduits en miettes par les combattants de Daech sans oublier des mausolées, des tombes et des statues eux aussi anéantis à jamais. Face à l'avancée des combattants de l'EI dans la région, plusieurs universités (Oxford, New York university) et l'Unesco viennent de lancer un ambitieux projet afin de photographier et archiver en 3D le patrimoine culturel menacé par le mouvement islamiste.

    Le programme "Million Image Database Project" voit les choses en grand. 5 000 appareils photographiques 3D pourraient être déployés d'ici la fin de l'année dans différents pays du Moyen-Orient : Syrie, Irak, Liban, Turquie, Iran, Yémen... Objectif : collecter, archiver et diffuser un million d'images en 3 dimensions avant la fin 2016.

    Ces appareils seront confiés à "des utilisateurs sur le terrain" qui auront pour mission d'identifier et de photographier des "sites jugés à risque". Les promoteurs du projet vont donc faire appel à une multitude de personnes présentes sur place : agents de musées locaux, militaires, employés d'organisations non gouvernementales, bénévoles...

    Archives et lutte contre le trafic d'objets d'art

    Pour le professeur Roger Michel (Institute for Digital Archeology d'Oxford), l'enjeu de ce projet est d'importance : "si nous ne pouvons pas protéger ce patrimoine au sol, nous pouvons au moins créer une archive très détaillée de ce qui existe". Mais, conscient de l'avancée de l'Etat islamique sur le terrain, l'universitaire reconnaît qu'il s'agit désormais d'une "course contre le temps". 

    Les clichés collectés alimenteront une base de données qui, outre son rôle documentaire, servira à mettre un terme au trafic d'objets d'art pillés. Les marchands d'art et les collectionneurs pourront en effet accéder à des images enrichies de métadonnées telles que la localisation GPS et la date de prise de vue.

     

    Sur le même thème : Face à l'Etat islamique, la Bibliothèque nationale d'Irak numérise en masse

    À lire sur Archimag

    Le chiffre du jour

    44
    C'est le pourcentage d'hommes français qui se sont rendus sur un réseau social au cours des trois derniers mois. Il s'agit du plus bas taux en Europe !

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.

    Indispensable

    Bannière BDD.gif