Article réservé aux abonnés Archimag.com

Monétiser les archives d'entreprise : mission impossible ?

  • affiche_pathe.jpg

    archives-pathe
    Affiche Candido de Faria, c. 1907 (Coll. Fondation Pathé)
  • Yves Saint-Laurent, Air France, Pathé, BNP Paribas rivalisent d’imagination pour valoriser leur patrimoine archivistique. Toutes ces initiatives ne génèrent pas un retour sur investissement immédiat - loin de là -, mais elles contribuent à l’image et à la réputation des marques.

    Tout le monde connaît Yves Saint-Laurent comme couturier. Rares sont ceux qui ont entendu parler d’Yves Saint-Laurent comme archiviste. Tout au long de sa carrière, le créateur génial et tourmenté a pris un soin particulier à constituer un fonds d’archives exceptionnel : dessins, photographies, prototypes, collections… Ce corpus bigarré est aujourd’hui exposé dans les salles du musée Yves Saint-Laurent à Paris.

    « Pour l’historien, le conservateur, l’archiviste, le créateur, le professionnel ou le passionné de mode, ce patrimoine s’ouvre à eux pour enrichir leur connaissance à cet art nouveau du XXe siècle, la haute couture », expliquait Pierre Bergé, compagnon et homme-orchestre de la maison Saint-Laurent, lors de l’ouverture de ce musée au mois de septembre dernier.

    En homme d’affaires avisé, Pierre Bergé a réalisé un autre exploit : monétiser des archives. En faisant payer l’entrée du musée (à partir de 7 euros), la maison Saint-Laurent parvient à amortir (en partie seulement) les frais générés par l’exposition de ses archives.

    Autre couturier à avoir le sens des archives et celui des affaires, Jean-Charles de Castelbajac a mis en vente les archives de sa maison de couture. Riche idée : en 2003, il avait récolté 650 000 euros ! Précisons qu’il faut entendre ici le terme « archives » au sens très large puisqu’il s’agissait de lots composés de dessins, de patrons et de vêtements.

    Gratuit, mais élégant

    Autre milieu, autres pratiques. En 2014, à l’occasion de son 80e anniversaire, Air France a fait les choses en grand. La compagnie aérienne a présenté une exposition itinérante sur trois continents, à Shanghaï, New York et Paris ! Baptisée « Air France, France is in the air », cette exposition a reçu 11 000 visiteurs en Chine et aux États-Unis. Une belle opération de communication internationale pour une compagnie qui joue de son image d’élégance et de l’ampleur de son réseau.

    archives-airfrance

    Entièrement gratuite, l’exposition organisée à Paris sur le site prestigieux du Grand Palais présentait des archives et des objets estampillés Air France : affiches, menus, uniformes des hôtesses de l’air, photographies, maquettes… Là aussi, l’exposition n’a pas rapporté un kopek, mais elle a permis à la compagnie d’avoir de très nombreux articles dans la presse grand public ainsi que dans les magazines et sur les sites spécialisés.

    Ce type d’événement contribue aussi à l’image et à la réputation de la compagnie aérienne. Ce qui n’est pas négligeable dans un monde où les réputations se font en plusieurs années et se défont en quelques minutes sur les réseaux sociaux... Mettre le patrimoine à disposition de tous La Fondation Jérôme Sey....

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !

    Archimag-312
    RPA : voilà un sigle à retenir. La robotic process automation représente un marché promis à une percée spectaculaire. Il y a de l’intelligence artificielle dans cette technologie, certes. Surtout, elle s’applique à des cas d’usage dont on attend d’appréciables retours sur investissement.
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous

    À lire sur Archimag

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.

    Le chiffre du jour

    C'est le nombre d'avis émis par la Commission d'accès aux documents administratifs depuis 1978.

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    Ex Libris banner.jpg

    Indispensable

    Bannière BDD.gif