Publicité

Plagiat : 3 outils gratuits pour repérer les copiés-collés

  • banane_copie.jpg

    banane-copie-serie
    Que vous souhaitiez surveiller le plagiat de textes ou de photos, différents outils gratuits peuvent vous aider. (Pixabay/Stux CC0 Public Domain)
  • Qu'il soit volontaire ou fortuit, le plagiat est une dérive inévitable du web et des milliards de contenus qui s'y créent chaque jour. Heureusement, des outils gratuits permettent de s'assurer de l'originalité d'un texte ou d'une photo et de repérer, à l'inverse, les éventuelles atteintes à ses droits d'auteur. 

    plagiat-Duplicate-Content-PositeoDuplicate Content de Positeo

    ​www.positeo.com

    C'est bien aux voleurs de contenus qu'a décidé de s'attaquer Positeo en créant Duplicate Content en 2010. Certes, l'outil a dû essuyer quelques bugs l'an dernier, notamment lorsque Google a changé l'API permettant de récupérer son contenu. De plus, le site est contraint à une limite imposée de 100 requêtes par jour. Néanmoins, il est d'une telle simplicité d'utilisation qu'il pourrait rejoindre très vite vos favoris.

    Concrètement, deux choix s'offrent à vous : entrer le texte que vous souhaitez vérifier, ou tout simplement coller l'URL de la page à analyser. Duplicate Content se chargera ensuite de découper le texte en morceaux puis de fouiller Google pour le comparer à ses résultats de recherche. L'ensemble des résultats trouvés sera ensuite regroupé par pages web et vous indiquera pour chacune les pourcentages de duplication selon le nombre de similitudes repérées par Google.

     

    PlagSpotterPlagSpotter

    ​www.plagspotter.com

    PlagSpotter s'enorgueillit de répondre chaque jour à plus de 10 000 requêtes pour 1 200 utilisateurs. L'outil est d'une extrême simplicité et respecte ses promesses : il suffit d'entrer l'adresse d'une page web pour obtenir en quelques secondes une liste détaillée de sources proposant du contenu similaire avec le pourcentage de ressemblance. Un clic sur le lien de la source permet de visiter la page incriminée - et de vérifier si, malgré la copie, on a été cité !

    L'autre avantage de PlagSpotter est sa version premium. Celle-ci permet de tester plusieurs URL à la fois et même d'automatiser une veille sur une liste de pages, voire sur tout un site web. Idéal, donc, pour les propriétaires d'un site ou d'un blog qui souhaiteraient repérer les réutilisations de leurs contenus. Il suffit pour cela de paramétrer la fréquence du scan (quotidien ou hebdomadaire) et d'attendre que le rapport détaillé tombe gentiment dans votre messagerie. Cette version premium propose même un badge - "protégé par PlagSpotter" - à installer sur votre site pour avertir les plagiaires potentiels que vous surveillez vos contenus. Bon à savoir : il est possible de tester gratuitement la version premium pendant sept jours !

     

    PixsyPixsy

    ​https://pixsy.com/

    Du côté de Pixsy, ce sont les internautes utilisant des images sans licence que l'on traque grâce à une sorte de moteur de recherche inversé permettant à chacun de retrouver gratuitement ses photos, dessins et autres oeuvres d'art sur le web. "Nous donnons aux photographes et aux créatifs indépendants l'occasion de défendre leur travail, annonce le site internet ; avec Pixsy, vous seul pouvez décider quand et comment votre travail est utilisé".

    La création d'un compte sur la plateforme est indispensable pour tester l'outil. Vient ensuite la phase d'importation des photos : Pixsy propose de se connecter à vos différents comptes sur les réseaux sociaux (Flickr, Tumblr, Instagram ou encore EyeEm), de télécharger des images depuis le cloud (Google Drive, Dropbox), depuis un site web ou tout simplement depuis l'ordinateur. Pas de panique, la plateforme ne stocke aucune photo sur ses serveurs ! Et si jamais, une fois les photos scannées, Pixsy repère des utilisations illégales de certaines d'entre elles, la plateforme se proposera de faire valoir vos droits directement depuis son site, et ce dans plusieurs dizaines de pays. Seule condition : accepter de céder à Pixsy la moitié du dédommagement que vous percevrez !    

     

    À lire sur Archimag

    Le chiffre du jour

    C'est le nombre de documents relatifs aux attentats du 13 novembre 2015 et mis en ligne sur le site des Archives municipales de Paris.

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    banniere GP52 web.png

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.