Article réservé aux abonnés Archimag.com

Intelligence artificielle et sémantique : un couple sur le long terme ?

  • ia_semantique.jpg

    intelligence-artificielle
    Selon Fabrice Lacroix, président d'Antidot : "Plus les volumes de données sont importants, plus on est obligé d’enlever les modèles linguistiques" (Photo credit: Michael Cordedda via VisualHunt.com / CC BY)
  • L'intelligence artificielle a le vent en poupe et s'infiltre progressivement dans la plupart des outils que nous utilisons quotidiennement. Sur ce terrain, la sémantique a-t-elle un rôle à jouer ou appartient-elle au passé ? Dans quel cas peut-elle s'avérer utile ? 

    Certains en sont persuadés : l'intelligence artificielle, ou plus largement l'information cognitive, sera la future révolution « post internet ». D'autres, comme Microsoft, l'affirment sans détour : « 2017 sera l'année de l'IA ». Applications, services, industrie, entreprises... La déferlante de l'IA, qui a fait des progrès majeurs l'an passé, est en passe de s'accélérer, et pourquoi pas d'amorcer cette fameuse « quatrième révolution industrielle » dont on entend tant parler. Pour l'y aider, les technologies cognitives, en particulier la sémantique, semblent avoir plus d'un atout dans leur manche. Notamment dans l'objectif de créer des machines intelligentes capables de comprendre, d'interpréter et de restituer le langage naturel humain. Amélioration des échanges clients, robots-rédacteurs ou encore chatbots... Elles savent se montrer indispensables. 

    Agents conversationnels

    C'est l'avis de Christophe Clot, le fondateur de Davi, une start-up française qui travaille depuis sa création en 2000 sur les agents virtuels. À ses débuts, les robots conversationnels relevaient encore du fantasme. Davi commence donc par s'intéresser à l'animation 3D de la partie « incarnée » de ces agents. Après avoir lancé un moteur conversationnel avec différents prestataires français, qui a rapidement montré ses limites, la société monte en 2010 une équipe de R&D dédiée à la compréhension et au traitement automatique du langage naturel. Cela donne Rétorik, une plateforme de web services disponible en Saas.

    Rétorik embarque un moteur d'animation 3D (gestuelle, émotion, expression) et un moteur conversationnel basé sur de l'intelligence artificielle (traitement du langage et des émotions) dans des logiciels métier et sur tous types de médias (hologramme, site web, objet connecté, téléphone ou borne interactive, etc.). « Notre particularité, explique Christophe Clot, c'est que nous sommes capables d'extraire le sens d'une requête, de la comprendre et d'y apporter une réponse ».

    Pour ce faire, Davi a développé un dictionnaire auto-apprenant de plus d'un million d'entrées, qui se met à jour toutes les 48 heures sur internet. Breveté en 2016, c'est grâce à lui que la société peut donner du sens aux mots et aux contextes. À celui-ci est associé une ontologie permettant à un agent conversationnel d'être personnalisé pour un environnement métier précis et de faire de lui un « chatbot expert ».

    En pratique, Davi a déployé ses agents dans le secteur du médical (service Vidal), dans les assurances (pour informer et orienter les clients sur différents contrats), ou encore auprès d'offices de tourisme (sur des bornes ou des applications). « La technologie est commune à l'ensemble de nos clients, explique Christophe Plot, mais la base de connaissance est personnalisée selon les environnements et les ambiguïtés à lever. L'objectif est que l'agent conversationnel ne confonde pas deux demandes qui se ressemblent : “je voudrais le prêt d'une voiture” et “je voudrais un prêt pour une voiture” ».  

    Cinq séquences sont donc nécessaires pour traiter la requête d'un utilisateur : débruitage (le chatbot est capable de comprendre le langage SMS ou les mots inutiles d'une requête), lématisation (le chatbot étudie le registre du langage et en extrait des concepts forts), compréhension du sens des concepts (grâce à l'ontologie), construction de la réponse et définition de la bonne stratégie de dialogue, et enfin la réponse. Demain, la technologie mise au point par Davi pourrait même être capable de comprendre les émotions de l'interlocuteur à travers sa voix et son image. 

    Robots-rédacteurs

    Même son de cloche chez Syllabs, qui aime se définir comme une « vieille start-up de dix ans », et dans laquelle ses deux fondateurs, tous deux experts en sémantique pour la Commission européenne, ont réuni leurs compétences respectives en machine learning et en linguistique. Leur crén....

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !

    archimag-302
    Aujourd’hui, lorsque l’on associe paperless - zéro papier - à espace de travail, on ne pense plus tant dématérialisation que rationalisation permise, ou poussée, par le digital. C’est un mouvement qui touche de plus en plus les organisations...
    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous

    À lire sur Archimag

    Formulaire de recherche

    Le chiffre du jour

    C'est le nombre de documents relatifs aux attentats du 13 novembre 2015 et mis en ligne sur le site des Archives municipales de Paris.

    Nous suivre

    Publicité

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.