L'open data au service des villes intelligentes

Le 01/11/2017 - Par Bruno Texier
En France, les exemples de ville intelligente construites grâce à l'exploitation des données publiques en libre accès se multlplient. (wipusit / Visualhunt)

Les données publiques produites par l'État et les collectivités contribuent activement au développement des villes intelligentes. À l'échelle des territoires, les projets se multiplient. Un marché colossal qui intéresse également les acteurs privés...

C'est un chiffre qui donne le vertige : selon le cabinet Gartner, plus de 3,3 milliards d'objets connectés seront déployés dès 2018 dans nos villes. Pour l'essentiel, ces objets concerneront les logements, les immeubles commerciaux et les transports. Et leur nombre ira crescendo : la banque Morgan Stanley avance même le nombre faramineux de 75 milliards d'objets connectés, à l'échelle mondiale, dans les années à venir...

Jusqu’où la fièvre des données de santé va-t-elle monter ? Les géants du net et de l’intelligence artificielle manifestent une véritable boulimie à leur égard, tandis que de plus en plus de particuliers en recueillent et en diffusent quotidiennement. Mais avec quelle protection ? Il convient de s’interroger sur le statut des données de santé. En France, le Système national des données de santé offre un cadre et l’hébergement des données de santé est régulé. Du côté des établissements, les Groupements hospitaliers de territoire sont en mouvement. La mutualisation de leurs systèmes d’information touche bien sûr les données des patients. Pas question qu’il y ait une hémorragie.
  ou  Abonnez-vous

À lire sur Archimag