Publicité

Portes ouvertes aux Archives diplomatiques de Nantes

  • Télégramme de l’ambassade de France en Uruguay relatif au coup d’état militaire du 12 juin 1976 (Arcives diplomatiques-Facebook).jpg

    Télégramme de l’ambassade de France en Uruguay relatif au coup d’état militaire du 12 juin 1976 (Archives diplomatiques-Facebook)
  • A l'occasion du cinquantième anniversaire de la présence du ministère des Affaires étrangères à Nantes, les archivistes diplomatiques présentent leur métier au grand public.

    En 1965, le ministère des Affaires étrangères inaugurait un site à Nantes destiné à accueillir une partie de ses archives ainsi que le service central d'état-civil. Cinquante ans plus tard, le grand public est invité à découvrir, du 8 au 12 juin, les spécificités du métier d'archiviste au service de la diplomatie française. Dans le cadre de la Semaine des métiers des Affaires étrangères, les archivistes expliqueront les différentes facettes de leur métier : rapatriement d'archives venues du monde entier, traitement et restauration des documents...

    Le Centre des archives diplomatiques de Nantes conserve les archives provenant des postes diplomatiques et consulaires français dans le monde ainsi que celles des anciens protectorats français. Les documents produits par l'administration centrale (le Quai d'orsay) sont archivés dans le bâtiment de La Courneuve inauguré en 2009.

    La première mairie de France 

    Le site de Nantes est également considéré comme "la première mairie de France" en raison de son service central d'état-civil : 15 millions d'actes d'état-civil y sont conservés, près de 2 millions de copies et d'extraits d'actes d'état-civil sont délivrés chaque année, 180 000 modifications par an sont effectuées sur ces actes... Le ministère des Affaires étrangères s'est engagé dans un vaste chantier de dématérialisation qui permettra de "s'affranchir totalement du papier dans la gestion de l'état-civil en développant les services numériques". 

    La création d'un registre d'état-civil électronique permettra de supprimer les registres papier. Ce projet sera précédé d'une phase d'expérimentation lancée en 2016.

    À lire sur Archimag

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.

    Le chiffre du jour

    C'est le manque à gagner de Springer après la décision de Couperin de ne pas renouveler l'accord avec l'éditeur.

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    Banner-Small_0.jpg

    Indispensable

    Bannière BDD.gif