Attentats du 13 novembre : plus de 7 000 documents en ligne

Le 21/02/2017 - Par Bruno Texier
Un dessin collecté à proximité du Bataclan (Archives municipales de Paris)

Les Archives municipales de Paris ont collecté et numérisé 7 709 documents déposés par les Parisiens aux abords des sites touchés par les attentats du 13 novembre 2015. Ce corpus documentaire inédit est désormais accessible sur le nouveau site des archives parisiennes. 

Trois semaines après les attentats du 13 novembre, la mairie de Paris avait pris la décision de collecter et numériser les documents déposés par les Parisiens en hommage aux victimes. Du mois de décembre 2015 au mois de mai 2016, les archivistes ont parcouru les rues de la capitale pour rassembler des textes, des dessins, des photographies et des lettres. Tous ces documents sont aujourd'hui mis en ligne sur le nouveau site des Archives municipales de Paris.

"Ce corpus documentaire contient des documents d’une grande variété tant sur le contenu que sur la forme : messages en toutes langues et de toutes longueurs, dessins ou textes créés par des enfants ou des adultes de tous âges et de toutes nationalités" soulignent les archivistes parisiens. Après avoir été séchés, désinfectés et répertoriés, ces documents ont été numérisés par la société Arkhênum. 

Vignettes, filtres et signalement d'erreur

Présentés sous forme de vignettes, les documents sont également accessibles via des filtres : Bataclan, café La Belle Equipe, café Le Carillon... Un outil de recherche supplémentaire permet d'accéder à des lieux de collecte très précis comme la sortie latérale du Bataclan, passage Saint-Pierre Amelot (7 documents). Chacun des documents peut être zoomé, imprimé et faire l'objet d'un signalement d'erreur de la part des internautes.

Cette mise en ligne n'est pourtant pas arrivée à son terme. "Cet ensemble n’est pas clos puisque les Archives de Paris continuent de l’enrichir de documents de provenance publique ou privée, produits en réaction aux attentats de 2015" explique la mairie de Paris.  

À lire sur Archimag