Publicité

3 correcteurs orthographiques gratuits au banc d'essai

  • orthographe.jpg

    Que vous écriviez en français ou en anglais, il existe des correcteurs d'orthographe pour chaque besoin ! (©athrine via VisualHunt / CC BY-NC-SA)
  • Certains ont vu dans la (prétendue) "réforme" de l’orthographe annoncée en février dernier une forme de provocation : comment faire pour assimiler de nouvelles règles alors que les lointains cours de français n’ont même pas été digérés ? Pas de panique, des outils peuvent aider les réfractaires à tout dictat orthographique. Comparatif de trois applications gratuites.

    BonPatron

    Loin de concurrencer le service rendu par des poids lourds payants (par exemple, Antidote), BonPatron fait figure de compromis acceptable. Simple et pratique, disponible en français, en anglais et en espagnol, il n’est pas nécessaire de s’inscrire pour l’utiliser, ni de télécharger la moindre application.

    Il suffit de se rendre sur le site internet et d’y coller le texte de 2 000 caractères maximum que l’on souhaite corriger, avec deux options possibles : « je » est féminin (pour les accords) ou « je suis francophone » (pour recevoir plus ou moins d’informations dans les notes de grammaire).

    N’espérez tout de même pas un résultat parfait (des faute peuve passé ô travert), ni que le BonPatron corrige vos erreurs à votre place : le site se contentera de vous indiquer les changements possibles. Notez qu’une version payante, sans restriction de longueur ni publicité, est disponible pour 11,99 euros par an.

     

    LanguageTool

    Côté open source, saluons le correcteur grammatical libre et plurilingue LanguageTool ! Disponible dans une vingtaine de langues, dont le breton et l’espéranto, cet outil performant peut s’utiliser de différentes façons : intégré aux suites bureautiques Libre Office et Open Office (pour lesquelles il a été développé au départ), via un module Chrome ou Firefox, depuis une application à télécharger ou tout simplement depuis son site web, sans inscription. LanguageTool affirme s’améliorer en permanence grâce à l’ajout ou à la modification quotidienne de règles par les contributeurs du monde entier.

    Les promesses de cet outil sont nombreuses : affirmant trouver des erreurs qui ne sont pas signalées par un correcteur orthographique courant, l’application détecte les fautes de grammaire classiques, mais aussi la confusion d’homonymes, les pléonasmes, la typographie ou les majuscules. Ce, sans aucune limite de texte. Si LanguageTool est passé à côté de certaines subtilités de la langue française - réputée pour sa complexité - que nous lui avons soumises à dessein, nos tests se sont avérés plutôt réussis. Nous le conseillons.

     

    Grammarly

    Il faut l’avouer : les « frenchies » ne sont pas réputés pour leur maîtrise de la langue de Shakespeare. Au bureau ou dans notre vie quotidienne, il est pourtant de plus en plus difficile de passer à côté de l’écriture d’un rapport ou d’un mail en anglais. Les moins « fluent » d’entre nous ont tout de même de quoi se réjouir : Grammarly est un outil bien pratique, conçu pour analyser les textes rédigés ou téléchargés directement sur le site de l’application, sur d’autres sites web (à l’aide d’une extension Chrome), ainsi que sur Word et Outlook (avec téléchargement).

    Extrêmement performant en version premium (11,66 dollars par mois), Grammarly propose une offre gratuite satisfaisante prenant en charge le scan d’une centaine de points de grammaire, un correcteur orthographique contextuel, ainsi que la vérification de la ponctuation et de la structure des phrases. Une fois le texte écrit, Grammarly identifie les erreurs, émet des suggestions et propose de les corriger instantanément. Il vous est même possible d’ajouter des mots à votre dictionnaire personnel.

    Mais attention : Grammarly laissant passer certaines erreurs, ne lui faites pas une confiance aveugle. Rien ne vaut une relecture attentive !

    À lire sur Archimag

    Le chiffre du jour

    44
    C'est le pourcentage d'hommes français qui se sont rendus sur un réseau social au cours des trois derniers mois. Il s'agit du plus bas taux en Europe !

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    banniere GP52 web.png

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.