Article réservé aux abonnés Archimag.com

France Connect, le futur identifiant unique de l'administration française

  • 284 france connect.jpg

    "Lorsque vous cliquerez sur ce bouton, vous aurez le choix entre plusieurs moyens d’authentification : celui d’Ameli ou celui avec lequel vous payez vos impôts en ligne ou encore celui de votre compte numérique à La Poste". (Pixabay/geralt)
  • Sommaire du dossier :

    Guillaume Blot pilote le projet France Connect à la Direction interministérielle des systèmes de l'information et de la communication (DISIC). Boris Jamet-Fournier est conseiller numérique et participation au cabinet de Thierry Mandon, secrétaire d'Etat en charge de la Réforme de l'Etat et de la simplification.

    Qu'est-ce que le projet France Connect ?

    Guillaume Blot : France Connect a pour objectif de simplifier la vie des usagers, des entreprises et des professions réglementées. France Connect offrira un moyen simple d'authentification pour se connecter aux différents portails des services publics. Aujourd'hui, les citoyens disposent de nombreux identifiants et d'autant de mots de passe : un pour ameli.fr (Assurance maladie), un autre pour Telepoints (points du permis de conduire), un autre encore pour impots.gouv.fr... Il en existe des dizaines, voire des centaines à l'échelle de la personne publique en France. France Connect permettra à l'usager de choisir une fois pour toutes un moyen d'authentification. Il pourra ensuite, à l'aide de cet unique moyen de connexion, se connecter à l'ensemble des services publics en France.

    Concrètement, comment un usager pourra-t-il utiliser France Connect ?

    G.B. : Un bouton France Connect sera progressivement intégré sur les sites d'e-administration à l'image du bouton Facebook Connect que l'on voit sur de nombreux sites. Lorsque vous cliquerez sur ce bouton, vous aurez le choix entre plusieurs moyens d'authentification : celui d'Ameli ou celui avec lequel vous payez vos impôts en ligne ou encore celui de votre compte numérique à La Poste.

    Ainsi, l'usager n'aura plus à jongler avec les dizaines d'identifiants et mots de passe associés comme c'est encore le cas aujourd'hui. Il en choisira un seul qui lui servira d'identifiant numérique unique.

    Combien de services en ligne proposera ce bouton France Connect ?

    G.B. : Nous sommes entrés dans une phase d'expérimentation. Le service technique de France Connect sera ouvert au début de l'année 2016 et sera offert, dans un premier temps, à trois fournisseurs d'identité : Ameli, impots.gouv.fr et La Poste. Ensuite, tous les opérateurs de service public pourront intégrer le bouton France Connect sur leur portail. Simple et peu coûteuse, cette intégration ne nécessitera que quelques jours de travail. 

    France Connect sera-t-il également déployé dans les collectivités ?

    G.B. : Oui, il permettra de se connecter à l'ensemble des services de l'Etat mais aussi des collectivités locales. Les mairies qui souhaitent intégrer le bouton France Connect sur leur portail pourront le faire en s'inscrivant sur le site de France Connect pour obtenir une documentation technique. Je précise que nous sommes également sollicités par la sphère non publique, notamment marchande, pour utiliser France Connect.

    Des mesures de sécurité ont-elles été prises pour protéger France Connect ?

    G.B. : Nous avons procédé à une large analyse des risques car France Connect est en effet exposé à des risques. Une grande partie de la protection que nous avons développée doit rester confidentielle. Je peux simplement dire que l'Etat a mobilisé ses meilleurs ingénieurs en sécurité des systèmes d'information, notamment l'Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d'Information (Anssi), pour mettre en oeuvre toute la protection informatique à l'état de l'art d'aujourd'hui.

    D'une façon générale, quelle est la part du numérique dans la politique de simplification ?

    Boris Jamet-Fournier : Le volet numérique est capital aux yeux de Thierry Mandon, secrétaire d'Etat chargé de la réforme de l'Etat qui souhaite développer les services, les infrastructures et la culture du numérique dans l'administration. Ce dernier point ouvre d'ailleurs des perspectives intéressantes dans le domaine de la coopération entre l'administration et les citoyens. La dématérialisation des procédures administratives se poursuit et, dès la fin 2015, la saisine électronique de l'administration sera possible.

    Cet article vous intéresse? Retrouvez-le en intégralité dans le magazine Archimag !

    Au sommaire ce mois-ci

    - La gouvernance de l’information : élément moteur de la transition numérique
    - Etre archiviste : une (r)évolution permanente !
    - Rendre un portail de bibliothèque accessible à tous
    - Les bonnes pratiques face à l’afflux de mails

    DOSSIER : E-administration des villes et des champs

    Les Français plébiscitent l’e-administration. En témoignent les 14 millions de contribuables qui déclarent leurs impôts via le web. Le projet France Connect attribuera bientôt à chaque Français un identifiant unique pour se connecter à l’ensemble des services publics. 

    Et aussi :
    - Big Brother is reading you !
    - L’intégrateur, artisan de votre projet open source
    - Vous aussi, suivez un Mooc en gestion de l’information !
    - L’open data en collectivités locales : enjeux juridiques
    - Favoris : outils LinkedIn
    - Lucille Gonthier, documentaliste à la téléChoisir un tiers-archiveur physique ou électronique
    - Bernard Normier : « le traitement automatique des langues est en passe de devenir mainstream »
    - Nos données : objets de convoitises connectées​ 
    + Archimag store et Archi...kitsch

    Acheter ce numéro  ou  Abonnez-vous

    À lire sur Archimag

    Le chiffre du jour

    C'est le nombre de documents relatifs aux attentats du 13 novembre 2015 et mis en ligne sur le site des Archives municipales de Paris.

    Recevez l'essentiel de l'actu !

    Le Mag

    Tout Archimag, à partir de 9,50 €
    tous les mois.